Suivez-nous cet été dans notre Chronique estivale mauricienne, alors que nous parcourrons la région et faisant la rencontre des gens de chez nous !

Valérie Deschamps – Juillet 2020

L’importance de la collectivité. « Notre monde ». Cela a été mis à dure épreuve dans les derniers mois. On a toutes et tous été touchés par cette situation, disons-le, particulière. Cela dit, il y a deux mots qui ont résonné dans nos communautés et qui ont retenu mon attention. Non, les couleurs de l’arc-en-ciel n’en font pas partie. C’est davantage les mots « tissés serrés » qui ont été au cœur de nos relations des derniers mois. Révélation et prise de conscience pour certains, nécessités déjà connues pour d’autres. C’est cet esprit de communauté, de collectivité qui peut et surtout qui doit ressortir de cette crise.

Maintenant que cette importance a été mise en lumière, il faut la mettre à l’œuvre en apprenant à se connaître , en découvrant nos communautés, nos « manières de faire ». Bref, ces relations entre nous, entre nos milieux, entre nos territoires doivent être retravaillées et surtout appréciées. La connaissance et la découverte sont deux moyens fort pertinents pour goûter réellement à ces « bijoux » constituant l’esprit de notre Mauricie. Par la lecture de ces chroniques estivales, vous serez invités à découvrir sous divers horizons notre région. Nous allons donc ensemble découvrir et redécouvrir cette culture avec un grand C qui caractérise si bien la « Belle d’à-côté »!

Couvrant ici et là les activités culturelles, artistiques, touristiques et agricoles, allant de la découverte du casse-croûte du coin aux différentes personnalités régionales, et abordant nos façons de vivre et concevoir nos territoires, nous voyagerons de La Tuque à Trois-Rivières et de Maskinongé à Mékinac. J’aime penser que la culture, c’est aussi la façon dont nous tenons notre fourchette, ce que nous faisons et surtout comment nous le faisons au quotidien. Nous irons donc découvrir des parcelles connues de notre « chez-nous ».

Cette fourchette, c’est tout ce qui nous entoure, c’est comment nous y vivons, c’est ce qu’on peut y retrouver, c’est ce qu’on peut y découvrir, voire redécouvrir.

Si vous avez des suggestions de petits bijoux typiquement mauriciens qui mériteraient d’être mis en lumière, vous êtes invités à nous les faire parvenir à info@gazettemauricie.com. Retravaillons et souvenons-nous, à travers les lignes de notre chronique estivale mauricienne, ce qui fait de notre coin de pays ce qu’il est. Souvenons-nous de l’importance du nous, du collectif, de notre territoire. C’est ce nous qui nous unit et qui est l’essence même de ce projet rédactionnel. Ce nous, parfois discret et parfois flamboyant mais tout aussi grandiose et brillant de cœur. Nous aurons l’occasion d’ailleurs d’échanger en premier lieu sur la vie du centre-ville de Trois-Rivières avec l’entreprise Personare, spécialisée en animation et vulgarisation historique. Vie historique, vie actuelle, la Trifluvie prend à chaque été les couleurs de ses personnages déambulant dans les rues du centre-ville.

Avec le plaisir éventuel d’échanger et de partager avec vous.

Consultez notre première Chronique estivale mauricienne

Camille Beauchemin, comédienne interprétant une couturière pour la Brigade ludique à Trois-Rivières. – Crédits photo : Dominic Bérubé

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.