jcl 1Jean-Claude Landry

Si le terme économie sociale nous semble relativement nouveau, la réalité de ce type d’économie ne l’est vraiment pas. On n’a qu’à penser aux nombreuses coopératives qui ont vu le jour tout au long du siècle dernier, la plus connue étant, bien entendu, les caisses populaires Desjardins qui ont essaimé dans toutes les régions et communautés du Québec, peu importe l’éloignement de celles-là et la dimension de celles-ci.

En fait depuis plus d’une centaine d’années ce type d’économie, ni totalement privée, ni totalement publique, participe au développement du Québec et de ses régions. Alliant besoins économiques et besoins sociaux, les coopératives, mutuelles et autres formes d’économie solidaires ont contribué, à leur façon, au développement d’une société et d’une économie plus humaines.

L’année 1996 fut en quelque sorte l’année de la reconnaissance officielle de cette économie avec la mise en place par le gouvernement du Québec d’un groupe de travail sur l’économie sociale en marge du Sommet de l’économie et l’emploi tenu sous les auspices du gouvernement du Québec.

Cette reconnaissance fut suivie, trois années plus tard, de la création du Chantier de l’économie sociale, sorte d’organisme « parapluie », ayant pour mission de promouvoir l’économie sociale comme partie intégrante de l’économie plurielle du Québec et de favoriser l’émergence de ce modèle de développement aux valeurs de solidarité, d’équité et de transparence.

On compterait actuellement au Québec pas moins de 7000 entreprises d’économie sociale se répartissant à peu près également entre des entreprises de statut coopératif (3300) et des entreprises provenant du secteur des organismes à but non lucratif  (3700). tableau ÉS stats

Ces entreprises qui interviennent dans des domaines les plus diversifiés et  vont de la très petite entreprise de service, employant quelques personnes, à grandes comme le Mouvement Desjardins et les grandes coopératives agricoles en passant par les Centres à la Petite Enfance, tous des employeurs de grande importance.  Aussi,  dans son ensemble, ce secteur économique génère-t-il plus de 150 000 emplois.

Si on exclut des données précédentes les coopératives financières, les deux plus grandes coopératives agricoles et les coopératives de travailleurs actionnaires, le nombre d’entreprises d’économie sociale atteint 6254 entreprises et celles-ci employaient plus de 65 0000 personnes. Ces mêmes entreprises “brassaient”  avec un chiffre d’affaires totalisant 7,6 milliards de dollars.

En Mauricie, le secteur de l’économie sociale compte 227 entreprises dont 86 sont de statut coopératif. On estime que ces entreprises génèrent des revenus totalisant 145 millions de dollars et embauchent plus 4500 personnes.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.