Audrey Martel, libraire et co-propriétaire de la librairie L’Exèdre, mars 2019

Ton absence m’appartient, Rose-Aimée Automne T. Morin, Stanké

Ton absence m’appartient est une variation sur le thème du deuil et de la perte, réalisée avec beaucoup d’empathie et de lucidité par la chroniqueuse Rose‑Aimée Automne T. Morin. Comment la perte, peu importe sa teneur, fait de celui ou celle qui la vit la personne qu’elle est? Une question maintes fois posée, certes, mais qui, dans ce livre se charge d’humanité. L’auteure va à la rencontre d’hommes et de femmes ayant fait face à un deuil, et qui ont vivre malgré l’épreuve, avec une grande résilience (oui, oui encore ce mot très à la mode!). À travers leur histoire croisée, Rose-Aimée cherche à mieux comprendre sa propre histoire et le rapport qu’elle entretient avec la mort de son père. Un livre touchant qui nous donne envie d’écouter l’autre pour mieux grandir.

Contre le colonialisme dopé aux stéroïdes, Zebedee Nungak, Boréal

“Maître chez nous”. Ce slogan, lancé par Jean Lesage sera à jamais associé à la Révolution tranquille et à la prise de possession du territoire québécois par les Québécois. Une période dont le point culminant est sans contredit l’immense chantier de la Baie-James, un projet d’envergure qui aura permis au Québec de prendre en main son épanouissement. Dans l’ouvrage Contre le colonialisme dopé aux stéroïdes, l’auteur Zebedee Nungak pose toutefois un regard sombre sur cet épisode pourtant chargé d’ondes positives. Ce nouvel éclairage nous permet de comprendre que les Premières Nations ont été les grandes perdantes de ce développement, elles qui ont été dépossédées de leur territoire. Un livre essentiel pour mieux saisir les effets des décisions économiques et politiques sur les différentes nations autochtones avec qui nous cohabitons.

La petite bûche, Michael Escoffier, D’eux

Michael Escoffier est un grand auteur pour les petits. Il a un talent incroyable pour créer des histoires originales qui plaisent autant aux enfants qu’aux parents – qui rappelons-le, doivent souvent lire et relire le même livre plusieurs soirs d’affilée. Tout le potentiel comique de La petite bûche repose sur des jeux de mots; c’est donc un ouvrage idéal pour développer le vocabulaire des enfants. L’ours, narrateur de cette histoire, s’installe à sa dactylo afin de nous raconter les aventures d’une petite biche. De faute de frappe en faute de frappe, l’histoire prend un tournant loufoque; la biche devient une bûche, la hache devient une vache sous les yeux d’un écureuil complètement dépassé! J’ai pleuré de rire en lisant cet album et je suis persuadée que vous en ferez de même et vos enfants aussi!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here