Par Arsène Yanick Nono Toukam, CDEC de Trois-Rivières

La monnaie est une convention sociale basée sur la confiance. Elle est une unité de mesure et un moyen universel pour évaluer et faciliter les échanges entre les individus. Dans nos sociétés, c’est la loi qui donne cours légal à la monnaie, et qui rend obligatoire son acceptation comme moyen de paiement.

Monnaie complémentaire
Les monnaies complémentaires comme le “Léman” en Suisse peuvent atténuer les effets des crises économiques selon l’économiste Bernard Lietaer.

En période de crises économiques et de perte de confiance envers le système financier, des monnaies alternatives ou des monnaies locales complémentaires peuvent voir le jour. En effet, selon l’économiste Bernard Lietaer, ces monnaies peuvent atténuer les effets des crises économiques. Elles constituent des moyens d’échanges et de paiement mis en circulation en complément de la monnaie nationale.

Elles sont des instruments dont disposent les personnes d’une communauté pour échanger des biens, des services et des compétences sans passer par une monnaie traditionnelle. Elles ne concurrencent pas les monnaies conventionnelles, mais les complètent. Elles peuvent créer des opportunités et contribuer à la résolution des problèmes du milieu grâce aux échanges effectués.

Face à la disparition des petits commerces, au problème d’occupation d’espace, au chômage, ou encore à la perte de liens sociaux, la monnaie peut être un moyen de se réapproprier l’économie et de la rendre plus humaine. Elle peut constituer un levier novateur de mobilisation des communautés autour des échanges qui remettent les gens et le savoir au centre des préoccupations de l’économie, tout en essayant d’être cohérente avec l’environnement et les réalités sociales. En des termes plus concrets, ces monnaies permettraient de :

  • Dynamiser les échanges locaux et l’économie locale, car la validité de la monnaie est limitée à un territoire et est au service de la force économique locale (petits commerces de proximité, producteurs locaux, etc.).
  • Maintenir les emplois dans le territoire et d’en créer de nouveaux, car en encourageant la consommation locale on limite les fuites et on relance l’économie locale. Par conséquent, la capacité des commerçants et des producteurs à embaucher est accrue.
  • Favoriser les échanges entre citoyens, car la monnaie est un symbole identitaire fort. Ainsi, le fait de se retrouver autour d’un système d’échange commun peut créer de la cohésion et favoriser les liens sociaux.
  • Réduire l’impact écologique, car la création d’une monnaie encourage les producteurs locaux, et par conséquent, raccourcit les circuits. Ainsi, l’on réduit les transports des produits et l’on minimise leurs impacts sur les changements climatiques.
Monnaie virtuelle
impak Coin est une nouvelle monnaie virtuelle mise sur pied par impak Finance afin de favoriser l’essor de l’économie d’impact, soit une économie dans laquelle les effets positifs sur l’humain et l’environnement sont constamment recherchés tant à l’externe qu’à l’interne des entreprises.

Les monnaies alternatives existent aussi sous des formes virtuelles. En effet, la cryptomonnaie est une monnaie électronique, créée et utilisée via une plate-forme informatique. À la différence d’une monnaie locale, elle n’est pas attachée à un territoire. Elle pourrait être utilisée par des investisseurs, des entrepreneurs et des citoyens de divers horizons, à condition que ces derniers se trouvent sur ladite plateforme. En définitive, ces monnaies alternatives peuvent constituer des moyens innovants de révéler et développer le potentiel social et économique inexploité d’une communauté autant locale que virtuelle.


Sources:

Phillippe Derudder, (2014). Les monnaies locales complémentaires : pourquoi, comment ? Edition Yves Michel.

http://accorderie.ca/quebec/monnaies-alternative/

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here