Alex Dorval – Culture – mars 2021

Avouons d’emblée que l’idée d’aller prendre une marche au Cap-de-la-Madeleine n’est pas la première à traverser l’esprit des Trifluvien.nes habitant l’ouest de la rivière. Encore moins dans le Bas-du-Cap ! Ayant grandi sur la rue Saint-Maurice à quelques coins de rue du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, je me suis prêté au jeu de revisiter ce coin de mon enfance, tenté par les nouveaux parcours Balados du Bas-du-Cap.

Ancien bureau de Postes Canada (bâti en 1935) dans le Bas-du-Cap, en face de l’église Saint-Lazare sur la rue Loranger.

Réalisés par l’équipe de l’entreprise de vulgarisation historique Personare pour la Ville de Trois-Rivières, les Balados du Bas-du-Cap se déclinent en 3 parcours sonores invitant à la découverte de l’histoire religieuse, ouvrière et moderne des premiers quartiers madelinois. On visite les lieux cultes et revisite les moments forts qui ont marqué le Cap-de-la-Madeleine depuis l’arrivée des grands voiliers européens jusqu’au rituel du roteux d’après balle-molle sur la florissante artère commerciale Sainte-Madeleine dans les années d’après-guerre. Sans oublier bien sûr la fameuse visite du pape Jean-Paul II le 10 septembre 1984 par un beau jour de pluie…

Animé par une « vraie Capone » !

Auditeurs et auditrices assidu.es des balados de La Gazette que vous êtes, vous reconnaîtrez dès les premières minutes des Balados du Bas-du-Cap, la voix enjouée de Valérie Deschamps, également animatrice de notre série historique Racines mauriciennes. C’est que Valérie, en plus d’être diplômée et passionnée d’Histoire, est une Madelinoise, née et habitant toujours le Cap. Ou comme sa grand-mère le soulignait, « une vraie Capone ! », ayant grandi sur la rue Thuney, pas loin de l’actuelle station de police.!

Chacun des 3 parcours proposés nous permet de sillonner les paroisses situées entre l’ancien Canadian Tire à l’ouest, le quartier des Anglais à la limite de Sainte-Marthe-du-Cap à l’est, le boulevard Sainte-Madeleine au nord, et le fleuve Saint-Laurent au sud.

Parcours 1 : La pierre angulaire

Rendez-vous pour le premier parcours au coin des rues Dorval (SIC) et Notre-Dame-Est, alias le Chemin du Roy. En vous accompagnant tranquillement vers le sanctuaire, l’animatrice retrace les débuts du Cap, « avant même sa fondation », alors que le père Jacques Buteux était mandaté pour attirer des premiers colons sur les terres de la seigneurie. Et si vous vous posiez la question : mais où est le Cap ? Ne cherchez pas le cap, nous dit l’animatrice, « le fleuve est parti avec ! »

Si j’avais déjà entendu parler des miracles du Sanctuaire et de la famille Rocheleau – dont tous les membres semblaient se prénommer Joseph ! -, j’ai été surpris d’apprendre qu’une rivière nommée Favrel coulait tout juste derrière l’école primaire Sacré-Cœur, où j’ai d’ailleurs fait mes premières classes. Cette rivière était la source d’énergie du premier moulin à farine du Cap. Aujourd’hui disparu, il en reste toutefois deux magnifiques étangs que je me suis plu à contempler quelques instants, me remémorant la fois où notre prof d’édu avait profité d’un entretien municipal pour transformer l’étang vide et boueux en piste d’hébertisme inspirée de Fort Boyard !

École primaire Sacré-Cœur aux abords du Parc du Moulin dans le secteur du bas du Cap-de-la-Madeleine.

De station en station, on prend conscience de l’importance de la proximité du fleuve et des rivières, tant dans les rituels et croyances des fidèles du Sanctuaire que dans les activités de subsistance et de loisirs des premiers paroissien.nes.

Parcours 2 : Arte ac labore

Autre « pas pire gros chapitre de l’histoire du Cap », le deuxième parcours s’intéresse aux usines qui ont marqué le paysage et le quotidien du Cap-de-la-Madeleine. La devise Arte ac labore conjuguait d’ailleurs ces deux valeurs de force et labeur au cœur de la culture ouvrière du Bas-du-Cap.

L’Usine Wayagamack vue de la rue Notre-Dame Est, secteur Cap-de-la-Madeleine.

Le parcours débute tout près des rues Rochefort et Notre-Dame-Est. Ce quartier résidentiel qui fait face aux installations de la Wayagamack aurait été le cœur de la vie industrielle du Cap, s’y trouvant moulin à scie, fabrique d’allumettes, chantier naval, et bien sûr, les usines de pâtes et papier.

Pour celles et ceux qui ont apprécié le parcours sonore Premier shift de Boréalis, ce deuxième parcours est pour vous !

Parcours 3 : Vie de quartier

Où il y a des usines, il y a inévitablement de la vie ouvrière. Et quand les ouvrier.ères ne sont pas à l’usine, il faut les divertir. Dans ce troisième parcours nommé Vie de quartier, on nous parle des premières ligues de balle molle, des salons de quille, des multiples restaurants et des parades qui ont marqué l’histoire du boulevard Sainte-Madeleine, la main du Bas-du-Cap !

Assurez-vous de télécharger la carte des trajets. Mieux vaut les faire dans l’ordre suggéré, sans quoi vous échapperez quelques références et blagues d’initiés !

Bien que la plupart d’entre nous n’aient pas connu cet âge d’or de la vie de quartier, il est tout de même difficile de ne pas être nostalgique de cette époque de casse-croûte. Mais comme Proust nous l’a appris, il n’y a rien de mieux que le recours à l’odorat pour voyager dans le temps. Fermez donc les yeux et vous pourrez sentir, inspiré par les arômes toujours présents du Ti-Coq et de la Wayagamack, comme une odeur de roteux et de travail accompli poindre au bout de la narine. C’est l’âme du Bas-du-Cap qui reprend vie dans votre esprit, le temps d’un instant ! Le temps d’un balado signé Personare ! Mention spéciale au travail de conception sonore de David Dufresne, autre collaborateur de longue date à La Gazette !

Quelques conseils pratiques :

  • Téléchargez la carte de trajet
  • Faites les parcours dans l’ordre suggéré, y’a des blagues d’initiés…
  • Idéalement, arrangez-vous pour ne pas arriver sur le boulevard Sainte-Madeleine aux heures de pointe. Une demi-journée le dimanche serait le moment parfait pour cette activité.
  • Si vous le faites à pied, permettez-vous de prendre des pauses de l’audio entre chaque station, arrêtez-vous au bord de l’étang du Moulin pour pique-niquer ou profitez-en pour explorer les petites rues entre Sainte-Madeleine et Notre-Dame-Est. Les noms des rues vous rappelleront surement ceux de quelques-unes de vos connaissances.
  • Les parcours Arte ac labore (jaune) et Vie de quartier (rouge) se font bien à partir du stationnement de la bibliothèque, mais une partie du parcours jaune se trouve complètement à l’est de la ville, ce qui vous fera faire des allers-retours d’ouest en est plusieurs fois. Je vous conseille donc de garder les stations 4 à 7 du parcours jaune pour la toute fin.
  • Petit bémol : les pistes audio ne semblent pas suivre l’ordre des parcours sur les plateformes BaladoQuébec et Spotify. Il vous faudra bien vous assurer de sélectionner la piste correspondant à la station où vous êtes rendu.

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.