103.1 fm

Mariannick Mercure, 9 juillet 2015

C’est à Trois-Rivières que s’est terminée hier la « Tournée mobile sans auto 2015 » organisée par « transport 2000 » en collaboration avec le ministère des Transports, et qui aura permis de rassembler les principaux acteurs du transport collectif afin d’en faire la promotion auprès de la population et des décideurs.

tournee mobile
Une quinzaine d’organismes étaient présents hier à Trois-Rivières pour ce dernier arrêt de la tournée québécoise de « transport 2000 » : des organisations travaillant directement sur le thème du transport en commun, comme la société de transport de Trois-Rivières (STTR) et «  Roulons Vert », mais aussi les principaux organismes communautaires de Trois-Rivières qui représentaient en quelque sorte les usagers du transport collectif et qui serviront de courroie de transmission pour transférer l’information vers la population trifluvienne.

Les récents avancements du transport collectif à Trois-Rivières ont d’abord été discutés. Catherine Pellerin, représentante de la STTR, a notamment souligné l’efficacité de la mesure de réduction du prix des cartes d’autobus pour les étudiants de l’UQTR : « Le nombre d’étudiants utilisant le service a doublé depuis l’arrivée des passes à 20$/session ». André Lavoie, directeur de l’organisme « Roulons Vert », a pour sa part mentionné la qualité de la couverture du réseau de la STTR : « Environ 90% des ménages sont situés à l’intérieur d’un périmètre de 400 mètres d’un arrêt d’autobus, c’est excellent! ». Toutefois, pour lui, « Le problème, actuellement, c’est plutôt la fréquence… ». En effet, cette fréquence de passage considérée comme trop faible est une des problématiques ayant été la plus souvent soulignée durant cette rencontre. La société de transport est bien au courant du problème, mais semble avoir les mains liées : « Si on voulait augmenter les passages pour qu’ils soient aux 15 minutes plutôt qu’aux demi-heures, par exemple, il faudrait doubler le financement. C’est impossible… », a répondu madame Pellerin aux participants à ce sujet.

Alors, quel est l’avenir du service de transport collectif à Trois-Rivières? Difficile de répondre selon plusieurs, mais d’importants défis semblent se profiler. C’est que la ville, souvent considérée comme étant en queue de peloton en termes de développement durable, continue d’adopter des plans d’aménagement favorisant l’étalement urbain et rendant nécessairement le maintien d’un système de transport collectif de plus en plus difficile. Toutefois, à court terme, ce qui semble davantage inquiétant est le financement, alors que des rumeurs de gel des subventions circulent en ville :  « Si on coupe les budgets, ou même si on les gèle, le service sera assurément affecté.  Il ne faut pas oublier qu’un gel correspond à une coupure dans le temps, à cause de l’inflation, qui, jumelée avec l’augmentation des coûts d’opération, peut représenter environ 2,5% de coupure par année appliquée.», a affirmé à ce sujet André Lavoie de « Roulons Vert ». Une bien mauvaise nouvelle pour la STTR.

Que faire pour améliorer notre système de transport collectif alors?  Judith Racine, organisatrice de l’événement, invite les Trifluviens à assister aux séances publiques de la STTR qui ont lieu deux fois par mois : « c’est encore la meilleure manière de faire valoir nos intérêts! ».

Pour connaître l’horaire des séances, cliquez ici.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.