André Lavoie, directeur général chez Roulons VERT, mai 2016

Une des raisons souvent évoquée pour expliquer le fait de ne pas ou de peu pratiquer le vélo concerne les aménagements favorables aux cyclistes. Bien sûr, certains font du vélo peu importe les conditions, mais ne serait-ce pas possible de rendre sa ville vélosympathique? Tout à fait!

13007343_1699513836970363_8511117147082825018_n
Un cycliste (sans casque) dans le vieux Trois-Rivières. Crédits: Roulons VERT

Qu’est-ce qu’une ville vélosympathique? Née du Mouvement vélosympathique créé par Vélo Québec, l’expression désigne une ville qui met en place des aménagements et des conditions destinés à rendre l’usage du vélo agréable, sécuritaire et efficace. Atteindre ces trois objectifs n’est pas une mince affaire, surtout avec des moyens parfois limités et une culture bien ancrée du tout à l’automobile! Toutefois, même si certaines des interventions nécessaires pour y arriver peuvent être onéreuses, d’autres ne nécessitent que des moyens plus modestes. Voici une liste non exhaustive de mesures pouvant être prises pour rendre une ville plus attrayante pour les cyclistes :

  • réseau cyclable reliant les pôles générateurs de déplacements, idéalement sans détours, éclairé, déneigé, verdi, pavé, entretenu, séparé de la circulation automobile, adapté à la topographie et permettant de franchir les barrières (eau, train, etc.);
  • intersections sécurisées avec feux pour piétons ou cyclistes ou dotées d’un sas vélo;
  • stationnements pour vélos situés stratégiquement aux pôles générateurs de déplacements;
  • haltes repos avec banc, buvette, support, etc. principalement en début et en fin de trajets;
  • mixité des services dans un rayon de 2 à 5 km;
  • services pour cyclistes (vente, réparations, prêts, etc.) situés près des parcours usuels;
  • mesures d’apaisement de la circulation;
  • mesures favorisant l’intermodalité (cyclobus, stationnements incitatifs, etc.);
  • partage de la route et promotion du respect entre les différents usagers de la route;
  • prise en considération des besoins de la population et des usagers actuels;
  • éducation, sensibilisation et encouragement à la pratique.

Bien entendu, il n’est pas nécessaire de tout mettre en place du même coup afin que votre ville devienne vélosympathique. Il est souvent préférable de procéder une étape à la fois, afin de faciliter le changement de comportement et de rendre la chose attrayante. Après tout, investir dans le vélo, c’est un choix de société.

D’ailleurs, pas besoin d’être un athlète enfourchant un vélo haut de gamme pour faire du vélo! Une balade familiale à un rythme lent est une bonne façon de découvrir autrement notre région tout en développant les compétences cyclistes de toute la famille.

Mais l’aménagement d’une ville vélosympathique ne bénéficie pas seulement aux cyclistes, mais à toute la population. Quoi de mieux que de demeurer dans une ville dynamique, agréable à vivre, tout en étant économiquement viable? Selon une étude réalisée en France, les cyclistes dépensent davantage que les automobilistes dans les commerces de proximité. C’est donc une solution gagnante pour tous, et un bon moyen de mettre en valeur les commerces locaux!

Pour en savoir plus sur le Mouvement vélosympathique : www.velo.qc.ca/velosympathique/mvs

Pour en savoir plus sur les aménagements vélos : Livre – Aménagements en faveur des piétons et des cyclistes, Vélo Québec (168 pages).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.