Martine Croteau, Agente de planification, programmation et recherche – Direction de santé publique et responsabilité populationnelle – CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, avril 2016

L’accessibilité à des aliments de qualité, à coût abordable et près de chez soi est un déterminant majeur de la sécurité alimentaire. Cette accessibilité est assurée notamment par les supermarchés, qui proposent en général des aliments plus variés, de meilleure qualité et à meilleur prix que les dépanneurs et les petites épiceries ou par d’autres commerces (pharmacies, magasins à un dollar, grandes surfaces, etc.), qui peuvent aussi offrir des produits alimentaires bon marché et nutritifs.

En Mauricie et au Centre-du-Québec, l’accessibilité aux commerces alimentaires (supermarchés, épiceries, marchés publics, marchés de fruits et légumes) varie grandement d’un quartier à l’autre. De fait, 52 % de la population habite un secteur où cette accessibilité est faible. On compte dans l’ensemble de la région 82 secteurs défavorisés ayant une faible accessibilité aux commerces alimentaires, dont 31 sont situés en Mauricie. En contrepartie, on constate une très grande accessibilité aux dépanneurs, en particulier dans les secteurs les plus défavorisés.

La faible accessibilité aux commerces alimentaires est particulièrement problématique dans les secteurs défavorisés, puisque cet obstacle s’ajoute aux problèmes économiques souvent vécus par les personnes habitant ces secteurs. Cette situation contribue à accroître les inégalités sociales. Voici quelques pistes afin d’améliorer l’accessibilité aux aliments de qualité dans les communautés mal desservies et défavorisées :

Favoriser l’implantation de nouveaux commerces alimentaires

  • Offrir différents incitatifs financiers ou programmes favorisant l’implantation de commerces alimentaires dans les zones moins bien desservies ;
  • Adopter une charte de développement commercial visant à créer des services de proximité ou à consolider ceux qui existent.

Améliorer l’accessibilité aux supermarchés existants

  • Améliorer le transport public vers les supermarchés ;
  • Soutenir un développement municipal où les résidences sont situées près des commerces alimentaires.

Implanter des lieux alternatifs de production et d’approvisionnement alimentaires

  • Encourager l’implantation de marchés publics, de marchés ambulants, de kiosques à la ferme, de jardins communautaires et collectifs, de projets d’agriculture soutenue par la communauté (paniers bio), etc. dans les zones moins bien desservies.

Améliorer l’offre alimentaire dans les commerces de proximité

  • Soutenir l’amélioration de l’offre alimentaire dans les dépanneurs, les pharmacies, les petites épiceries, etc. situés dans des secteurs défavorisés.

Il est important que les divers acteurs des communautés touchées se regroupent pour discuter de sécurité alimentaire, qu’ils participent à l’analyse de leur environnement alimentaire et qu’ils déterminent comment l’améliorer. Ces échanges contribueront à trouver des solutions applicables et acceptables pour tous, en plus de renforcer la capacité d’agir des communautés.

 

Sources :

INSPQ (2013). Accessibilité géographique aux commerces alimentaires au Québec : analyse de situation et perspectives d’interventions.

INSPQ (s. d.). Portrait de l’environnement bâti et de l’environnement des services : un outil d’analyse pour améliorer les habitudes de vie, [En ligne]. [http://environnementbati.inspq.qc.ca].

THE FOOD TRUST (2014). Healthy Corner Store Initiative – Overview.

MSSS (2015). Améliorer l’offre alimentaire dans les commerces de proximité situés dans des secteurs défavorisés (dépanneurs, pharmacies, petites épiceries, etc.).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.