Magali BoisvertPar Magali Boisvert, juin 2018

Les 22 et 23 septembre prochains, la MRC des Chenaux accueillera un événement attendu par plusieurs amateurs d’art: le parcours Campagn’art, qui en est à sa 11e édition. La formule est originale : plusieurs artistes de la région ouvrent les portes de leur atelier au public, formant ainsi un parcours à saveur de rallye automobile menant les curieux d’un atelier à l’autre. Afin de vous donner le goût de prendre la route, nous nous sommes rendus chez deux artistes qui participent à cet événement depuis le tout début, Pierre-André Paquin et Denise Lafrenière.

Ce qui nous frappe du premier regard en entrant dans l’atelier lumineux et tout de bois vêtu de M. Paquin, c’est qu’on se trouve dans un havre de paix. Bien loin du stéréotype de l’atelier sale, en désordre et couvert de peinture, le repaire de l’aquarelliste est ordonné, aéré et inspirant. De quoi ravir les visiteurs chaque année… Pour expliquer sa participation répétée au parcours, l’artiste déclare : « C’est très agréable de recevoir les gens chez soi, à l’atelier. C’est très convivial. »

M. Paquin fait une démonstration d’aquarelle à sa table de travail, dans son atelier.
Crédits : Virginie Lessard

Architecte de formation, M. Paquin avait développé à l’époque de ses études un intérêt pour l’aquarelle, car les dessins de bâtiments étaient alors réalisés au pinceau ou au crayon — « J’ai toujours aimé l’aquarelle, alors je m’étais toujours dit : “À la retraite, je vais en faire beaucoup.” C’est ce que je fais! »

C’est avec plaisir qu’il fait visiter son atelier aux curieux pendant les deux jours du parcours Campagn’art : « Un atelier, je pense que ça pique la curiosité des gens. Il y a beaucoup de gens qui aiment venir fouiner un peu… Évidemment, il y a différents médiums représentés, soit la sculpture, soit les bijoux, soit la peinture à l’huile ou à l’aquarelle, donc les façons de faire sont un peu différentes aussi chez ces artistes-là. Moi, quand je les reçois, je suis à ma table à dessin, et je fais de l’aquarelle. » Ainsi, les amateurs d’art qui lui rendent visite ont la chance de le voir à l’œuvre.

Denise Lafrenière ouvre les portes de son atelier à chacune des éditions du parcours Campagn’art. Elle espère ainsi toucher les cœurs des visiteurs.
Crédits : Virginie Lessard

Denise Lafrenière, qui est également du parcours depuis le tout début, est pour sa part une artiste privilégiant à la fois les créations sur papier et sur toile. Ses œuvres, toutes plus colorées les unes que les autres, portent sur des sujets variés; on y voit des visages féminins énigmatiques, des sculptures de poires, des portraits de fraises… Elle se décrit comme étant une « poète de l’image ». Son compagnon canin nous accompagnant lors de la visite de l’atelier spacieux, elle nous dit : « Moi, quand je vais dans l’atelier d’un artiste, ça me touche tout le temps. J’imagine que c’est la même chose pour les autres. »

Cet événement lui permet de jouir d’une belle visibilité, non seulement grâce aux visites de son atelier, qui attirent bon an mal an de 30 à 60 personnes, mais également grâce à l’exposition rassemblant tous les artistes participants. Mme Lafrenière, qui au fil de sa carrière a déjà exposé à Barcelone et en Belgique, est heureuse d’accueillir des visiteurs d’horizons variés, qu’ils la connaissent déjà ou qu’ils la découvrent, qu’ils viennent de Québec, de Montréal ou bien de la région. Après tout, l’art est universel.

Pour plus d’informations, visitez le site web www.parcourscampagnart.com ou bien leur page Facebook Parcours Campagn’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.