Jean-François Veilleux, novembre 2019

Le parc industriel de Bécancour, qui a célébré ses cinquante années d’existence en mai 2018, possède une histoire riche en rebondissements. Replongeons-nous dans ses balbutiements.

L’histoire industrielle de la Ville de Bécancour est intimement liée à son développement en tant que cité urbaine et la volonté de ses élites d’en faire une ville moderne. Cela débute dès l’automne 1962 lorsque le gouvernement libéral de Jean Lesage indique sa volonté d’implanter sur le territoire un mégaprojet de sidérurgie québécoise, Sidbec, un projet de 225 millions de dollars à l’époque.

parc industriel
En 1962, le gouvernement libéral de Jean Lesage annonce son intention d’implanter un mégaprojet de sidérurgie québécoise à Bécancour. C’est le début de l’aventure d’un des plus gros parcs industriels au Québec.
Crédits : Courrier Sud

Le Trust général du Canada acheta toutes les propriétés du rang Cournoyer, soit 96 fermes pour un total de 7 650 acres. Au cours des années 1960, ce nouveau projet industriel entraîne le déplacement de 66 familles, soit environ 300 personnes qui ont dû s’établir ailleurs. Il faudra de 6 à 7 ans pour qu’elles soient toutes rétablies dans les villages avoisinants. Cela oblige aussi plusieurs personnes à apprendre un nouveau métier ou bien à se rebâtir. Les maisons abandonnées seront revendues par le gouvernement du Québec pour démolition ou déplacement à des prix de 1 à 100 dollars.

Inspirée par la Commission royale d’enquête sur l’agriculture au Québec (Commission April) en juillet 1965, la Ville de Bécancour est créée par l’adoption d’un décret gouvernemental le 17 octobre, par l’entremise du ministre des Affaires municipales, Pierre Laporte, fusionnant ainsi 11 municipalités. Ce regroupement de six paroisses issues du district de Nicolet, avec environ 8 500 citoyens, devient alors l’une des plus grandes régions du Québec (494 km2). Un plan d’urbanisme controversé au coût de 400 000$ est adopté à majorité par le nouveau conseil municipal en mars 1967, seul Pierre Blondin exprima sa dissidence.

Malgré la construction de la centrale nucléaire Gentilly-1 en mai 1965, la construction du pont de Trois-Rivières (achevé en décembre 1967), unique passage sur le fleuve entre Montréal et Québec, puis les multiples promesses électorales des divers chefs de partis politiques, le projet sidérurgique est un échec. En juin 1968, Daniel Johnson confirme l’abandon du projet de sidérurgie Sidbec au profit de Dosco, déjà établie à Contrecœur.

En décembre 1968, la création de la Société du parc industriel du Centre du Québec (SPICQ) veut en faire le plus « grand parc industriel en Amérique du Nord »! Environ 7 000 acres de terrains du Trust général du Canada sont revendues, ce qui permet l’implantation en 1970 d’une première entreprise, Biraghi. En trois ans, on débute les travaux pour la construction d’une route permettant de rejoindre le fleuve Saint-Laurent, pour l’autoroute 30 et la première phase du projet portuaire. Cela permet en 1974 d’attirer d’autres compagnies : C.I.L. (Olin), Céramco, S.K.W. (Silicium Québec) et Didier, puis culmine en 1984 avec l’arrivée d’Aluminerie Bécancour Inc. au coût de 1,3 milliard de dollars.

De nos jours, selon le maire Jean-Guy Dubois, le parc industriel « fait partie de l’ADN de Bécancour » et compte plus de 20 entreprises actives qui emploient près de 2 500 personnes de la région, dont., SKW Canada, Norsk Hydro et bien d’autres. Selon des chiffres datant de mai 2018, alors qu’il y avait encore 22 projets sur la table, il restait 55% du parc industriel à développer!

Le réseau de gaz naturel sécurisé à haute capacité et la convergence à Bécancour de trois réseaux hydroélectriques d’Hydro-Québec, dont deux sont parmi les plus importants au monde, permet d’offrir « un approvisionnement énergétique des plus fiables et des plus concurrentiels en Amérique du Nord ».


Sources principales :

Raymond CORMIER. Histoire de la fondation de la Ville de Bécancour, Patrimoine Bécancour, 2015, 66 p.

Marc ROCHETTE. « 50 ans au cœur de l’économie régionale », Le Nouvelliste, 12 mai 2018.

Sébastien LACROIX. « Le parc industriel et portuaire de Bécancour souligne ses 50 ans », Le Courrier du Sud, 11 mai 2018.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.