103.1 fm

Alex Dorval – juillet 2020 

Depuis le début de la crise sanitaire, les organismes de lutte contre la pauvreté et l’opposition officielle revendiquent auprès de Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, une aide financière ponctuelle pour les personnes assistées sociales et de façon plus large à celles en situation de pauvreté et d’exclusion sociale. Virginie Larivière, porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, accusait récemment dans une lettre ouverte le ministre Boulet de faire la « sourde oreille » et de faire de la « solidarité sociale de façade. » Des flèches n’ayant pas eu pour effet de faire sortir le ministre de son silence, se désole-t-elle.

« Non seulement, le ministre Boulet n’a rien fait et n’a rien offert pour les personnes assistées sociales, il n’a même rien dit lorsque nous l’avons interpellé », déplore Mme Larivière du Collectif pour un Québec sans pauvreté.

Une aide plus qu’essentielle

En plus de devoir conjuguer avec la hausse des prix des produits alimentaires et les frais de livraison d’épicerie et médicaments, plusieurs personnes se sont retrouvées sans revenus d’appoints.

De fait, les prestataires d’aide sociale ont le droit de toucher 200 $ de gains de travail mensuel sans qu’il y ait de pénalité à leur allocation; Une somme qui provient d’activités diverses qui ont ralenti ou complètement cessé en temps de confinement. Pensons à la récupération de bouteilles et canettes consignées ou encore à l’entretien ménager à domicile.

La prestation pour les personnes sans contraintes à l’emploi est de 690 $ par mois, et de 1088 $ pour celles avec contraintes à l’emploi. « Ce sont des montants qui sont bien en deçà de la Mesure du panier de consommation (MPC) », soutient Roxane Blanchet, porte-parole par intérim du Front commun des personnes assistées sociale du Québec (FCPASQ). Selon Mme Blanchet, le FCPASQ a rencontré le ministre Boulet à deux reprises, soit le 14 mai et le 8 juin, pour lui demander une majoration des prestations d’assistance sociale.

Concrètement, le front commun demandait au ministre un ajustement de l’ensemble des prestations d’assistance sociale à 1210 $. Ce montant équivaut à la prestation la plus élevée que peut actuellement toucher une personne aux prises avec des contraintes sévères à l’emploi. On revendique également une bonification du crédit d’impôt pour la solidarité pour les prestataires des programmes d’aide sociale et de solidarité sociale.

Le ministre aurait répondu au FCPASQ que la baisse de l’Indice des prix à la consommation (IPC) ne justifiait pas une mesure d’aide d’urgence. « C’est à cause de la baisse du prix du pétrole, rétorque Mme Blanchet, alors que les coûts du panier d’épicerie et d’autres produits et services essentiels sont plutôt en hausse. »

Le seul allègement offert à ce jour par le gouvernement sera d’avoir suspendu temporairement les mesures de recouvrement pour les personnes assistées sociales ayant des dettes envers l’État. Cela est jugé « nettement insuffisant ». « Même avant la crise sanitaire, les personnes assistées sociales vivaient déjà bien en-dessous du seuil de la pauvreté et du salaire moyen requis selon la MPC », souligne Mme Blanchet. La Mesure du panier de consommation chiffre à plus ou moins 15 000 $ le salaire requis pour subvenir aux besoins de base d’un individu seul vivant au Québec selon qu’on vive en milieu rural ou urbain.

L’insulte à l’injure

N’ayant pas eu de revenus de plus de 5 000 $ dans la dernière année, les prestataires d’aide sociale, à quelques exceptions près, n’ont pas pu toucher la Prestation canadienne d’urgence (PCU). « Plusieurs passent sous le radar des programmes gouvernementaux », soutient Mme Larivière au Collectif pour un Québec sans pauvreté.

Non seulement le ministre Boulet n’a pas fourni de prestation financière d’urgence pour aider les plus démunis en temps de crise, mais ce dernier aurait ajouté « l’insulte à l’injure », signale la porte-parole, en prenant ouvertement position contre la prolongation de la PCU annoncée par le fédéral fin juin.

« On peut se questionner sur la pertinence du fait qu’il porte à la fois les deux chapeaux, [soit celui de ministre de l’Emploi et celui de ministre de la Solidarité sociale] », soutient Mme Larivière.

Même son de cloche du côté de Mme Blanchet qui voit une incompatibilité avec l’idéologie du ministre Boulet. « Il nous a répété plusieurs fois en rencontre que, pour lui, la sortie de la pauvreté passe par le travail. » Pourtant, précise-t-elle, cela équivaut à ne pas prendre en compte qu’une majeure partie des prestataires des programmes d’aide sociale et de solidarité sociale sont tout simplement en situation de contraintes temporaires ou sévères à l’emploi.

À bout de recours, Mme Blanchet confie que son équipe et elle reçoivent des appels à tous les jours de gens qui peinent à joindre les deux bouts et qui se sentent totalement abandonnés par le gouvernement. « C’est vraiment fâchant, dit-elle, on ne prend pas en considération l’apport des personnes assistées sociales qui sont très souvent des bénévoles dévoués au sein de plusieurs organismes et entreprises du Québec. Il y en a aussi beaucoup qui sont des proches aidants. ».

 La position de l’opposition

Virginie Larivière s’indigne que malgré l’appui unanime des partis de l’opposition à la demande d’aide ponctuelle, personne ne semble avoir réussi à convaincre le ministre Boulet du bien-fondé d’une telle mesure.

La suite

Bien que les mesures de confinement soient progressivement relâchées, la porte-parole du Collectif affirme que « tout n’est pas reparti » et que « la pandémie a laissé des marques ». Au Front commun, on craint que la reprise des activités et le discours politiques de la relance économique viennent définitivement balayer ce dossier sous le tapis.

Consultez également la chronique de l’économiste Alain Dumas: Les inégalités dans la crise actuelle


Sources :

https://www.mtess.gouv.qc.ca/publications/pdf/00_AS-statistiques-2020-04.pdf

https://www.lenouvelliste.ca/opinions/carrefour-des-lecteurs/solidarite-sociale-de-facade-54c80ffc8c912ae6d043b10f1a61fbe8

https://www.lanouvelle.net/2020/05/04/le-front-commun-des-personnes-assistees-sociales-du-quebec-reclame-un-revenu-de-base-pour-tous/

https://www.journaldemontreal.com/2020/06/29/le-ministre-du-travail-fustige-la-pcu-qui-ralentit-la-relance

https://www.lenouvelliste.ca/opinions/le-quebec-en-action-contre-la-pauvrete-1b51d2f88d7d35ff7cde7748644975ed

https://uniondesconsommateurs.ca/lettre-au-pm-les-personnes-aide-financiere-personnes-aide-sociale/

file:///C:/Users/Utilisateur/Downloads/Soupe_445.pdf

https://www.tvanouvelles.ca/2020/05/27/des-prestataires-daide-sociale-recrutes-pour-toucher-la-pcu

http://www.pauvrete.qc.ca/faq-covid-19/

https://www12.statcan.gc.ca/nhs-enm/2011/ref/dict/table-tableau/t-3-5-fra.cfm

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.