Par Julien-Pierre Léveillé, Opinion du lecteur, 19 juin 2017

Désolé de vous l’apprendre, mais si vous possédez une petite voiture, vous courez un grand danger. Sans quatre roues motrices, vous risquez de perdre le contrôle à tout moment. Le manque d’espace dans votre voiture vous fera bientôt suffoquer, si ce n’est pas déjà le cas. En conditions hivernales, vous ne pourrez éviter les gros morceaux de glace qui tomberont des ponts ni l’armée de bonshommes de neige maléfiques qui vous attaquera.  Vous trouvez que j’exagère? C’est pourtant ce que l’industrie automobile tente de vous faire croire avec leurs campagnes publicitaires. Je vous mets au défi : pendant une journée, prenez une note chaque fois que vous entendez une publicité sur une voiture à la radio et à la télévision. Comparez ensuite le nombre de publicités en lien avec les VUS et les camionnettes et celles qui concernent les voitures conventionnelles. Et les voitures électriques dans tout ça? Même pas la peine d’y penser. Depuis 2 ans, je possède une Nissan LEAF 100 % électrique et je n’ai entendu aucune mention de cette voiture dans les publicités des concessionnaires Nissan de la région.

leaf vus hybride
Julien-Pierre Léveillé et sa LEAF.

À voir les résultats sur les routes, force est d’admettre que la stratégie des constructeurs fonctionne. En 2016 au Québec, la vente de VUS a progressé de 11,7 %, tandis que les voitures compactes ont vu leur chiffre baisser de 7,8 %. Longtemps dominé par la Honda Civic, le palmarès des voitures les plus vendues dans la province a maintenant un nouveau (gros) champion : le Ford Série F. Un « pick-up » vendu 25 855 fois, une hausse de 40 % par rapport à 2015! Pourquoi cherche-t-on à nous vendre de gros véhicules? La raison est simple. La marge de profit s’avère beaucoup plus élevée pour ce genre de véhicule. Comme toujours, l’argent parle. Cela explique pourquoi les GM de ce monde ont fait des affaires d’or au cours des dernières années grâce à la vente de gros VUS. Pas surprenant qu’on essaie de vous faire avaler de force que vous avez besoin d’un VUS pour garantir votre confort et votre sécurité.

J’entends déjà des détracteurs me dire que je ne peux pas comprendre, car je n’ai pas d’enfant. « On a besoin d’espace pour la poussette, la poche de hockey, le banc de bébé, etc. ». Je ne suis peut-être pas familier avec tous les rouages de la parentalité, je l’avoue. Par contre, lorsque j’étais jeune, mes parents n’ont jamais possédé de VUS ou de camionnette, même avec trois enfants. Figurez-vous que je jouais au hockey et que j’étais même gardien de but! La poche de hockey dans le coffre, les jambières sur le banc d’en arrière : bingo! À mon souvenir, les longs voyages à être pris entre mes deux sœurs sur le banc arrière n’étaient pas des plus confortables, mais j’ai survécu. Je ne suis pas devenu claustrophobe et je n’ai pas eu besoin de suivre de thérapie.

La baisse récente du prix de l’essence a très certainement contribué au succès des ventes de plus gros véhicules. Je me souviens, il y a quelques années, lorsque le litre d’essence frôlait 1,50 $, les gens faisaient beaucoup plus attention à leur consommation. On nous parlait sans cesse de trucs pour économiser du carburant, comme conduire moins vite ou vérifier la pression des pneus. On ressentait la frustration des consommateurs à la pompe. Plusieurs se sont conscientisés sur l’importance de consommer moins d’essence et, par le fait même, se sont découvert une fibre environnementale. En 2014, le prix de l’essence a baissé d’environ 30 %. Le résultat? La popularité des gros véhicules a monté en flèche. Les mêmes personnes qui se plaignaient du prix de l’essence ont acheté un véhicule qui en consomme au moins 30 % de plus. Au final, leur budget réservé à la consommation d’essence est resté identique et leur conscience environnementale est littéralement partie en fumée.  Peut-être regrettent-elles leur achat maintenant que le prix du carburant semble être sur une remontée.

Je ne prétends pas que personne n’a besoin d’un plus gros véhicule. Je suis conscient que certaines situations l’exigent. Un couple avec quatre enfants, c’est dur à faire entrer dans une Yaris. Cependant, je demeure persuadé qu’une grande majorité n’en a pas réellement besoin. La popularité des VUS est avant tout une question d’influence, de voisins gonflables et du désir constant de posséder toujours plus gros. Alors, avant de vous endetter avec l’achat d’un gros véhicule, demandez-vous si vous en avez vraiment besoin.  Si c’est le cas, pourquoi ne pas opter pour un modèle hybride ou électrique? C’est vrai que les options ne pleuvent pas dans cette gamme de véhicules, mais il existe tout de même quelques choix plus écologiques.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.