Valérie Deschamps – Chronique estivale mauricienne 

Ce coin de la Mauricie, on le connait notamment pour ses vastes étendues de champs ainsi que ses entreprises agricoles. Cela dit, la Municipalité régionale de comté (MRC) de Maskinongé regorge de petits bijoux et attraits artisanaux de tout genre. Des artisan.es se cachent dans les racoins de la MRC. Mais qu’est-ce qui caractérise la communauté artistique maskinongeoise ? Les créations des artisans locaux ? C’est cet esprit émanant de l’ouest de la Mauricie que nous vous invitons à découvrir dans le cadre de ces deux Chroniques estivales mauriciennes.

Avant de débuter notre parcours, la rencontre avec une agente du milieu était plus que nécessaire. C’est Jennifer Saint-Yves Lambert, agente de développement culturel et touristique à la MRC de Maskinongé, qui nous accueille tout sourire masqué, au bureau d’information touristique adjacent à l’autoroute 40 Est. Au centre de la table, une immense carte couvrant le territoire complet de Maskinongé nous attend. Allant de Saint-Alexis-des-Monts à Yamachiche et de Saint-Édouard-de-Maskinongé à Saint-Mathieu-du-Parc, cette carte indique les artistes et artisans participants l’an dernier au projet HangARTS publics. « Habituellement, cette carte offre aux visiteurs 3 circuits de visite d’artisans. Mais cette année, on a dû trouver une nouvelle formule », m’explique Jennifer. « On désire quand même permettre aux gens de rencontrer les artisans locaux », me dit-elle.

Cette année, HangARTS publics célèbre son quatrième anniversaire. L’initiative étant de nature 100% maskinongeoise, la MRC a donné suite à un projet mené en 2016 par la municipalité de Saint-Sévère qui consistait justement à visiter les artisans et commerces locaux. « On trouvait l’idée géniale. C’est pourquoi on l’a reprise et étendue à tout le territoire de Maskinongé » explique Jennifer. Ainsi, c’est ni plus ni moins que la continuité d’un esprit de communauté artistique qui s’étend à la grandeur du territoire.

« 2020 sera particulier pour notre projet. J’arrive justement de tourner des capsules vidéo avec les 19 artisan.es participant.es ! », raconte Jennifer. C’est que les 26 et 27 septembre, la page Facebook de Culture Maskinongé ainsi que le site Internet de la MRC seront peintes aux couleurs des artistes et artisan.es locaux. « Ils vous présentent leur milieu, leur vision, leur plaisir », fait valoir l’agente de développement. « À place de leur rendre visite, ce sont eux qui viennent au public cette année », ajoute-t-elle.

Image tirée du tournage des capsules HangARTS publics dans l’atelier de l’artiste peintre Francine Laurin, autochtone descendante de la nation Mohawk, à Louiseville.

Avant de partir pour découvrir nous-mêmes ces gens bourrés de talent, Jennifer nous fait part d’une des caractéristiques qui selon elle définit bien le monde de l’artisanat maskinongeois : « C’est pas mal les aspects mythiques, légendaires et la création d’histoires de tout genre qui est au cœur d’une grande partie des créations. C’est certain que Saint-Élie fait office de catalyseur à ce niveau-là, mais on peut vraiment le ressentir partout dans la MRC. Les lutins qui se promènent un peu partout dans la région et la construction d’un esprit collectif, de communauté ».. C’est d’ailleurs ces filons qui guideront nos visites dans Maski. Dans la prochaine Chronique estivale mauricienne, vous aurez donc un avant-goût de ce monde d’artisans et d’artisanes qui vous transportera dans ces univers bien à eux.

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.