La Gazette de la Mauricie, en collaboration avec la Caisse d’économie solidaire Desjardins et différents partenaires régionaux, vous présente la série Cap sur l’innovation sociale. Dans chacune de nos parutions d’ici juin 2019, nous mettrons en lumière un projet citoyen ou une initiative entrepreneuriale qui répond de façon originale à un besoin de notre collectivité. Voici le septième de cette série de neuf articles qui accompagnent les capsules vidéos diffusées sur notre site gazettemauricie.com. Cet article est réalisé en collaboration avec Environnement Mauricie.

Caisse d'économie solidaire Desjardins

Steven Roy Cullen, avril 2019

Depuis sa naissance en 2007 dans la Ville de Todmorden au Royaume-Uni, le mouvement des Incroyables Comestibles ne cesse de prendre de l’ampleur. Il prend maintenant racine aux quatre coins du globe y compris à Saint-Adelphe où sa pertinence en milieu rural est clairement démontrée.

Rappelons que l’idée des Incroyables Comestibles a émergé en période de crise économique afin de favoriser un accès gratuit à des aliments sains locaux. Les instigateurs du mouvement voulaient rassembler les gens autour du jardinage pour implanter des potagers dans les espaces publics inutilisés et ainsi permettre le partage des récoltes avec l’ensemble de la communauté, mais aussi la transmission d’un savoir‑faire agricole. Le résultat est une véritable démocratisation de la production de notre nourriture.

Grâce aux Incroyables Comestibles, les citoyens et les citoyennes se réapproprient leur milieu. Ils découvrent le plaisir et les bénéfices du jardinage et s’intéressent davantage à la provenance de leur nourriture. D’ailleurs, l’expérience de Todmorden démontre qu’un des effets indirects du mouvement est l’augmentation des ventes chez les producteurs locaux.

Les potagers de Saint-Adelphe

À Saint-Adelphe, le modèle des Incroyables Comestibles a été implanté et adapté à la réalité locale il y a un peu plus de deux ans par des membres de la communauté intéressés par le jardinage et ayant à cœur la vitalité de leur milieu. Approchée par ces membres, la Municipalité de Saint‑Adelphe a immédiatement soutenu l’initiative citoyenne. « La municipalité nous a fourni un peu d’argent et nous a donné l’autorisation d’utiliser ses terrains », explique Philippe Dufresne, premier responsable du comité de coordination des Incroyables Comestibles Saint-Adelphe.

Trois potagers sont actuellement entretenus par les bénévoles des Incroyables Comestibles Saint-Adelphe. Le jardin de la bienveillance et le potager de l’abondance sont les plus importants. Ils sont situés respectivement devant la résidence pour personnes retraitées sur le bord de la rivière Batiscan et dans le parc municipal de la rue Baillargeon près du préau. Le troisième potager, plus petit, est implanté devant la bibliothèque municipale.

Une communauté tricotée serrée

L’expérience de Saint-Adelphe a permis de renforcer les liens communautaires qui étaient déjà bien visibles dans cette municipalité de Mékinac. « Les gens ici sont solidaires. Ils ont conscience qu’ils font partie d’une communauté. Ils ont le sens collectif assez élevé, souligne monsieur Dufresne. Que ce soit de la machinerie, de l’équipement, du temps, des dons en nature ou autrement, tout le monde est là. Il suffit juste de le demander. » Les Adelphiennes et Adelphiens sont donc nombreux à prêter main-forte aux projets des Incroyables Comestibles.

Gérard Bélair, de son côté, donne de son temps pour arroser et entretenir les potagers, mais aussi pour guider les curieux. « J’indique aux gens les endroits où on peut prendre de la nourriture. Les gens sont contents. Ils me remercient et m’envoient des dons. Je les accueille à tous les jours, sept jours par semaine, et il n’y a pas d’heure », dit-il fièrement. Voilà une preuve, s’il en fallait une, que le mouvement des Incroyables Comestibles tisse des liens de solidarité.

Les Incroyables Comestibles : un engouement indéniable à Trois-Rivières

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.