Par Thibault Finet, 6 juillet 2018

Fondé en 1980, le Centre de la petite enfance La Maisonnée dessert les familles du quartier Sainte-Cécile et des environs dans son installation de la rue Saint-Paul depuis une quarantaine d’années. Au tournant des années 2000, la nécessité de répondre de façon plus spécifique aux besoins particuliers de certains enfants (trouble du spectre de l’autisme, trouble de l’attachement, troubles anxieux, etc.) a donné lieu à la mise sur pied d’un projet pilote dont est issue La Maisonnée II, implantée aujourd’hui sur la rue Laviolette, non loin du Séminaire Saint-Joseph, où elle accueille du lundi au vendredi 16 enfants âgés de 18 mois à 5 ans.

Bien sûr, l’histoire des services de garde éducatifs dans nos premiers quartiers ne saurait se raconter sans souligner l’engagement exceptionnel des éducatrices qui s’y dévouent au mieux-être des enfants. Ce sont ces femmes qui portent au quotidien la tâche de doter les jeunes des outils nécessaires pour faire leur entrée dans le monde scolaire avec un espoir dans le futur et une confiance en leurs capacités.

Pour y arriver, ces spécialistes doivent posséder une solide expérience du développement de l’enfant et sont appelées à constamment actualiser leurs connaissances. Leur rôle est de mettre en place des interventions adaptées aux besoins des enfants (stimulation intensive pour les jeunes ayant certains besoins, stimulation du langage ou encore apprentissage de la propreté), et ce, en collaboration avec les autres professionnels que sont les orthopédagogues, les orthophonistes et les psychoéducateurs du réseau de la santé. Elles doivent en tout temps adopter une attitude bienveillante et éviter de juger et de s’impatienter devant des enfants plus vulnérables.

Leur mandat va cependant bien au-delà du travail avec les enfants. En effet, elles sont aussi des intervenantes sociales qui offrent de l’écoute aux parents et qui les aident à surmonter les difficultés. Elles ont ainsi pour rôle de conseiller, d’expliquer, de référer et de rassurer les parents qui se posent des questions et qui peuvent parfois être inquiets pour leurs enfants.

Le vendredi 22 juin était le jour des diplômés à la Maisonnée. Alors que le passage des limousines devant le Séminaire Saint-Joseph annonçait l’ouverture du bal des finissants, les enfants qui vont entrer à l’école en septembre recevaient sous le regard fier de leur maman le premier diplôme de leur vie. Comme le dit avec le sourire Francine Gagnon, éducatrice depuis 20 ans à la Maisonnée : « Ils travaillent 40 heures par semaine ici les enfants! ».

Après la prise de la photo de circonstance dans la cour ensoleillée du centre, les diplômés sont repartis avec leur mortier personnalisé, une boite à lunch en cadeau et toute la bienveillance que leur a donnée l’équipe de la Maisonnée.

Nous souhaitons bonne chance à ces jeunes dans leur vie d’écolier. Nul doute que le dévouement de leurs éducatrices, gros comme un cœur de dinosaure, est le plus précieux des parchemins de l’école de la vie.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here