par Jean-François Veilleux, novembre 2018

À l’occasion du dossier spécial de la Gazette de la Mauricie sur l’alimentation, jetons un coup d’œil sur un pan de notre belle histoire trifluvienne.

« Centre de la vie publique », « principal marché d’alimentation des Trifluviens », « lieu de rassemblement commercial, mais aussi social, politique et culturel », c’est ainsi qu’on a décrit l’importante dynamique du marché public autour de la zone portuaire. Fondé au début du 18e siècle, ce marché public, appelé « marché aux denrées », a d’abord été situé sur les rives du fleuve, près de la rue Saint-Louis. Il sera ensuite relocalisé à la place d’Armes en 1722, puis sur la rue des Forges en 1762.

Dès 1803, il se fixe définitivement sur la rue des Forges à l’angle de l’actuelle rue Badeaux. À l’automne 1846, on ajoute un second étage au bâtiment principal, où se tiendront les séances du conseil municipal et quelques concerts. Devenu un enjeu aux élections de juillet 1868, le bâtiment, alors vétuste, que l’on désigne couramment « l’hôtel de ville », est démoli pour faire place à un édifice en brique beaucoup plus vaste (150 pieds par 50 pieds). À la fin du 19e siècle, on l’utilise pour des rassemblements politiques et des activités sociales, entre autres celles organisées par l’Institut littéraire de Trois-Rivières (1865). Au début des années 1900, comme la salle du marché est l’une des plus grandes salles publiques de la ville, l’endroit sert aussi pour des matchs de lutte et de boxe ainsi que pour l’Union musicale.

Détruit par le gigantesque incendie de juin 1908, mais aussitôt reconstruit, le pavillon du marché sera finalement démoli en 1963 pour faire place au magasin Pollack, l’actuel édifice Place La Mauricie, qui abrite notamment Radio-Canada. En 1961, on réaménage le marché public trifluvien le long de la rue Saint-Philippe, entre les rues Saint-Roch et Saint-Georges, à la place du grand marché à bois et à foin qui s’y tenait auparavant. Quant au marché aux poissons, établi sur les quais depuis 1898, et en activité surtout l’été, il sera lui aussi complètement démoli en 1961 pour faire place à une voie de contournement du chemin de fer.

En 1984, alors que le marché aux denrées compte au moins 48 marchands, l’Association des marchands de ce marché offre à la Ville de Trois-Rivières de devenir propriétaire des lieux pour seulement un dollar, mais le Conseil refuse. Le terrain sera finalement acquis quelques années plus tard par la firme Pomerleau, qui y fera construire le complexe formé du centre des congrès, de l’hôtel Delta et de la résidence La Sitelle. Si certains marchands de viandes, fruits et légumes s’installent pendant quelque temps au rez-de-chaussée de l’édifice baptisé Cité Champlain, les autres s’implantent ailleurs, par exemple au marché Godefroy à Bécancour.

Le marché public trifluvien a aujourd’hui complètement disparu, et toutes les tentatives menées depuis trente ans pour ramener les producteurs au centre-ville ont malheureusement échoué. En 2013, la Société de développement commercial de Trois-Rivières a proposé un projet d’une valeur de 100 000 dollars visant la réouverture d’un marché de proximité, mais sans succès. En 2016, le promoteur immobilier Jean-Claude Fortin a présenté à la Ville un projet pour transformer en marché le hangar no1, encore en vain. À l’heure des bouleversements climatiques, du libre-échange et des crises économiques successives, il serait plus que temps de valoriser non seulement l’économie régionale, mais d’abord et avant tout l’achat chez nos producteurs locaux en remédiant à l’absence d’un marché public dans la cité trifluvienne.

 

 

SOURCES PRINCIPALES :

 

ANONYME. « Le marché aux denrées », 27 mai 2015, La Gazette de la Mauricie. www.gazettemauricie.com/le-marche-aux-denrees/

Martin LAFRENIÈRE. « Marché public à Trois-Rivières : une étape importante à franchir », 13 mars 2013, Le Nouvelliste.
www.lenouvelliste.ca/actualites/marche-public-a-trois-rivieres-une-etape-importante-a-franchir-9c0060cf86ca7efd6f995054fce03543

Martin LAFRENIÈRE. « Marché public à Trois-Rivières : la SDC va de l’avant », 21 mars 2013, Le Nouvelliste. www.lenouvelliste.ca/actualites/trois-rivieres/marche-public-a-trois-rivieres-la-sdc-va-de-lavant-3a5b451359a8a71c5131587a5b4ee4a1

Audrey LEBLANC. « Un marché public au port de Trois-Rivières : le projet se concrétise », 11 mai 2016, L’Hebdo Journal. www.lhebdojournal.com/un-marche-public-au-port-de-trois-rivieres-le-projet-se-concretise/

Élyse MARCHAND. « Le marché aux denrées à Trois-Rivières », décembre 2017, blogue de l’organisme Patrimoine Trois-Rivières. patrimoinetroisrivieres.ca/blog/2017/12/11/le-marche-aux-denrees-de-trois-rivieres/

Daniel ROBERT. « Les parcs et les lieux publics de Trois-Rivières, XVIIe-XXe siècles » Patrimoine trifluvien, bulletin annuel de Patrimoine Trois-Rivières (SCAP – Société de conservation et d’animation du patrimoine de Trois-Rivières), no.6, mai 1996, 20 p. patrimoinetroisrivieres.ca/wp-content/uploads/2016/02/PatTri_No06_mai1996.pdf

Jocelyne PRONOVOST. « Oui, au marché public à Trois-Rivières », 30 janvier 2014, Le Nouvelliste. www.lenouvelliste.ca/opinions/oui-au-marche-public-a-trois-rivieres-80b12908168accaae1861ffeb55e3a13

La scène 8 de la célèbre fresque de Trois-Rivières concerne le marché public trifluvien : www.v3r.net/culture/arts-visuels/art-public/la-fresque

CIEQ-Mauricie, deux photos anciennes du « marché aux denrées » (vers 1867 et en 1894) : mauricie.cieq.ca/icono_explorer.php?-skip=1487&-max=25

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here