103.1 fm

Réjean Martin – Bulletin Mékinac – mai 2021 

Le club-conseil en agroenvironnement Lavi-Eau-Champ a plus de vingt ans. Cet organisme à but non lucratif est né de la volonté des producteurs agricoles des secteurs des Chenaux et de Mékinac qui voulaient compter sur une expertise professionnelle alors que le ministère de l’Agriculture délaissait le travail de première ligne.

Dans le nom « Lavi-Eau-Champ », il y a les diminutifs de Laviolette et de Champlain. C’est tout l’Est de la rivière Saint-Maurice qui est, pour ainsi dire, le terrain de jeu de l’organisme dont le slogan est «Gardien d’une terre en santé».

D’abord, donc, l’initiative d’une vingtaine d’entreprises agricoles, il en compte maintenant environ 200.

Les domaines d’expertise des agronomes et autres techniciens au service de Lavi-Eau-Champ sont multiples. Le service d’accompagnement qui est offert cible les productions végétales, soit auprès des exploitations agricoles de grandes cultures, animales, biologiques et horticoles.

L’agronome Stéphanie Veilleux, conseillère en agro-environnement pour Lavi-Eau-Champ.

En rencontre avec le Bulletin, l’agronome Stéphanie Veilleux nous dit entre autres que Lavi-Eau-Champ veille à élaborer des plans de nivellement de terres ainsi que des cartes de rendement. De plus, une expertise a été créée ces dernières années dans l’aménagement d’ouvrages hydroagricoles qui permettent de réduire l’érosion en berges et l’implantation de bandes riveraines. L’introduction des cultures de couvertures et la réduction du travail du sol sont des secteurs dans lesquels le Club mise beaucoup dans le but d’améliorer la santé des sols.

D’autre part, on œuvre constamment au dépistage d’insectes,  de maladies et de mauvaises herbes affectant les cultures. «On est à l’affut des moindres signaux», résume Stéphanie Veilleux qui peut compter sur de bons réseaux d’information spécialisés à cet égard. L’accompagnement des entreprises en phytoprotection est donc une partie importante de notre travail.

Les cultures en émergence intéressent aussi l’équipe de Lavi-Eau-Champ. Ils sont à l’affut des demandes des producteurs qui recherchent de nouvelles avenues pour leur entreprise.

On dit que Lavi-Eau-Champ a, en un mot, l’objectif de favoriser de toutes les manières des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement dans l’esprit du développement durable. On explique que sa mission est d’offrir à ses membres et clients des services agronomiques indépendants axés sur la rentabilité et la pérennité des entreprises agricoles dans une optique de développement durable.

«Au milieu de représentants d’intrants et d’engrais qui occupent le marché de façon légitime, nous avons su prendre notre place et créer une relation de confiance avec nos membres et clients», affirme Stéphanie Veilleux qui n’est pas cependant sans rappeler les problèmes de ce secteur de notre économie: le vieillissement des producteurs et conséquemment le manque de relève, la pénurie de main-d’œuvre, la difficulté de la rentabilité des entreprises et la lourde bureaucratie nécessitant par le fait même la production d’un nombre fort élevé de rapports de toutes sortes.

L’équipe actuelle de Lavi-Eau-Champ est formée de 4 agronomes, une adjointe administrative et une technicienne. Chose remarquable: toute l’équipe est féminine en ce moment.  On dit que bientôt, on aura besoin d’une ressource supplémentaire.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.