Parcs Canada, 5 juillet 2016

IMG_1177Quel est le lien entre le délicat omble de fontaine (truite mouchetée) et l’imposant pin blanc?

Ces deux espèces ont fait les frais de l’exploitation forestière intensive survenue vers les années 1850-1950 au parc national de la Mauricie. Alors que les coupes massives ont pratiquement fait disparaître le pin blanc du paysage forestier, les milliers de billes de bois oubliées au fond des lacs ont lourdement perturbé le fragile habitat essentiel à la reproduction de l’omble de fontaine.

Pour redonner à la truite mouchetée et au pin blanc la place qui leur revient, le parc national de la Mauricie prend les grands moyens pour les protéger. Voyez comment la santé des lacs et des forêts est au cœur de ses actions de conservation.

Redonner à l’omble de fontaine la place d’honneur

Depuis 2004, le parc national de la Mauricie prend soin d’une façon toute spéciale de l’omble de fontaine. Pour ce faire, le programme de restauration aquatique comprend la restauration des communautés de poissons, le rétablissement des niveaux d’eau et la remise en état des berges.

Il y a 10 000 ans, l’omble de fontaine était la seule espèce présente dans la majorité des lacs du parc. On estime que, depuis le siècle dernier, la truite a vu ses effectifs diminuer de 50 %. Dans certains lacs, elle a même disparu en raison de l’introduction, accidentelle ou non, d’une vingtaine d’espèces comme le mulet à corne ou la barbotte brune.

Grâce à la mise à l’eau de jeunes truites provenant d’une reproduction en pisciculture de poissons originaires du parc, certains lacs connaissent un regain de vie, comme le lac Tessier. Les 28 500 truites mouchetées introduites en 2004 sont maintenant parfaitement adaptées, tout en étant génétiquement représentatives de la population d’origine. On surveille de près six autres lacs afin de suivre l’évolution des ombles de fontaine réintroduits.

Saviez-vous que la présence de barrages datant de l’époque de l’exploitation forestière a surélevé le niveau d’eau de dizaines de lacs dans le parc? Les plages, mais aussi les berges, ces milieux riches en biodiversité, se retrouvent noyées. En enlevant ces anciennes structures, on rétablit les niveaux d’eau naturels. Cela diminue l’érosion des rives, permet la reconstitution de la végétation riveraine et contribue non seulement au plaisir des visiteurs, mais aussi au bien-être d’une multitude de végétaux et d’amphibiens.

Mettre le feu pour sauver des arbres? Un paradoxe des plus naturels!

JF1Pour redonner au pin blanc la place qui lui revient dans le paysage, Parcs Canada a recours à des brûlages dirigés, une façon d’imiter un feu de forêt mais selon des paramètres très précis. Il peut sembler étrange d’allumer des feux dans un parc national, car, pendant plusieurs années, nous avons tenté d’éteindre tous les feux se propageant dans la nature. On sait maintenant que le feu joue un rôle essentiel dans l’écosystème forestier. Le feu, nécessaire pour le bien-être de l’environnement? Tout à fait!

Au parc national de la Mauricie, la suppression systématique des incendies de forêt a nui à la survie d’espèces dépendantes du feu, comme le pin blanc, déjà lourdement affectée par l’exploitation forestière. Grâce à son écorce épaisse et à ses branches hautes, le pin blanc résiste bien aux flammes qui nettoient le sol et éliminent certaines espèces, comme le sapin baumier, un compétiteur féroce. Contrairement au sapin qui pousse bien à l’ombre et sur un sol pauvre, le pin blanc cherche la lumière et un sol riche, conditions que seul le passage du feu peut créer.

L’objectif des brûlages dirigés est donc de donner un coup de pouce au pin blanc, en recréant le processus naturel du feu mais de façon contrôlée. Leader incontesté dans ce domaine, le parc national de la Mauricie utilise cette technique depuis une trentaine d’années et les résultats sont très positifs. On constate une augmentation des jeunes plants de pins et une réduction significative des espèces concurrentes. C’est une excellente nouvelle! Les prochaines générations de visiteurs pourront donc profiter d’une forêt en pleine santé.

Vous prévoyez prochainement une visite dans le parc national de la Mauricie? Il est fort à parier que vous ne verrez plus les forêts ni les lacs de la même façon, maintenant que les ombles de fontaine et les pins blancs n’ont plus de secrets pour vous.