Laura Lafrance, juin 2019

Dans un bulletin publié en 2018, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) indique qu’en 2016 « l’effectif des professions culturelles représente 3,5 % de la “population active expérimentée” du Québec. » Cela signifie qu’en 2016, comme le souligne l’ISQ, 146 540 individus québécois exerçaient une profession dite artistique ou culturelle. Les domaines de l’art et de la culture sont en plein essor dans l’ensemble de la province, mais qu’en est-il au niveau de la Mauricie? Chose certaine, les impacts économiques des arts et de la culture en Mauricie ne seraient pas à sous-estimer.

L’apport économique de la culture

Tel qu’indiqué dans une brochure publiée en 2016 par Culture Mauricie, une organisation qui « regroupe les personnes et les organismes qui contribuent de façon professionnelle à la vie artistique et culturelle de la Mauricie », la culture est un atout économique important pour la région mauricienne. Les retombées économiques liées aux domaines culturels sont apparemment plutôt positives. En effet, selon Culture Mauricie « une production de 100 $ dans le domaine des arts et de la culture génère des retombées directes, indirectes et induites de 206,04 $ ». Ces retombées représentent une croissance du PIB (produit intérieur brut) de 21 % en 5 ans; cela fait de la Mauricie la 3e région avec la plus forte croissance au Québec.

Les acteurs du secteur culturel

En 2015, Culture Mauricie, la défunte Conférence régionale des élus de la Mauricie (CRÉ) ainsi que la direction régionale du ministère de la Culture et des Communications (MCC) ont publié un diagnostic culturel soulignant les enjeux régionaux ayant trait à la culture. Ce diagnostic donne un meilleur aperçu de la réalité culturelle régionale. Entre autres, il y est indiqué qu’il y a plus de « 70 organismes artistiques et culturels » qui œuvrent à Trois‑Rivières. Dans l’ensemble de la région, on compte une centaine d’organisations qui se dévouent aux secteurs des arts et de la culture. En 2016, cela représentait 4 066 emplois.

La rémunération des artistes

Malgré ces emplois, plusieurs artistes et créateurs peinent à boucler leur fin du mois. Une étude publiée en 2014 par Hill Strategies indique que le revenu moyen des artistes québécois est de 21 600 $. Comme l’expliquent Culture Mauricie, la CRÉ et la direction régionale du MCC, le revenu des artistes du Québec est « inférieur de 43% à celui de l’ensemble de la population active qui est de 37 900 $ ». Bien que certaines personnes exerçant une profession artistique ou culturelle puissent très bien tirer leur épingle du jeu, force est de constater avec ce revenu moyen que plusieurs artistes et créateurs se retrouvent dans une situation de précarité. Par exemple, selon les données de l’Union des artistes, qui représente les artistes francophones du Québec et du Canada des secteurs des arts de la scène, du disque, de la radio, de la télévision et du cinéma, 1 032 membres actifs ont réalisé un revenu de plus 30 000 $ au cours de l’année 2016, alors que 4 998 autres ont fait des revenus entre 1$ et 30 000 $. Enfin, 2 405 membres actifs n’ont eu aucun revenu lié aux contrats de l’UDA au cours de la même période.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.