Stéphanie Dufresne – Environnement – juin 2021 

Les kiosques libre-service font partie des habitudes depuis plusieurs décennies en Europe et gagnent en popularité depuis quelques années au Québec. Le principe est simple et empreint de convivialité. Des produits sont mis à la disposition de tous dans un abri. Les clients choisissent ceux qu’ils désirent puis laissent l’argent dans une boîte verrouillée. Il n’y a pas d’employé pour superviser la transaction. On fait confiance au client. 

La coopérative La Charrette gère depuis 2019 un kiosque libre-service de fruits et légumes certifiés biologiques, au centre du village de Saint-Élie-de-Caxton – Photo : Coop Charrette

Raphaël Fort, un apiculteur de Trois-Rivières, tient un tel kiosque dans le secteur Saint-Louis-de-France depuis 2017. Ce qui a commencé par un petit stand devant la maison familiale est devenu un bâtiment adjacent à la fromagerie Caron, qui appartient à sa conjointe. Le kiosque quatre saisons, inauguré au printemps 2020, a été pensé et conçu expressément pour la vente en libre-service. Selon Raphaël Fort, cette formule présente de nombreux avantages : « Ça nous fait sauver un employé et aussi beaucoup de temps, mais je vois surtout que les clients aiment ça ! Il y a beaucoup de gens qui sont contents d’être tranquilles pour choisir leurs produits sans se faire déranger. Et s’il y a des questions, nous ne sommes jamais bien loin », souligne-t-il.

L’approche basée sur l’honneur et la relation de confiance est vraiment gagnante, selon Florence Bélanger de la coopérative La Charrette, qui gère depuis 2019 avec ses collègues un kiosque de fruits et légumes certifiés biologiques, au centre du village de Saint-Élie-de-Caxton. « Les gens sont vraiment dignes de confiance constate-t-elle, on ne redonne pas le change, alors on a mis un écriteau qui dit au client : si tu as mis trop d’argent, fais-toi crédit la prochaine fois et s’il te manque de l’argent rembourse ton dû à la prochaine visite. Et nos ventes balancent toujours ! » Elle raconte aussi comment les gens prennent soin du kiosque : « Le soir, on recouvre les légumes de couvertures afin de les protéger. Mais souvent, le matin, nous n’avons pas le temps d’aller les enlever avant d’aller au champ. Les premiers clients les retirent, les plient et les rangent soigneusement dans un coin. »

Même constat pour Isabelle Forgues, copropriétaire de la Ferme Florae dont le kiosque sur le chemin Sainte-Flore à Shawinigan a été très populaire lors de sa première saison l’été dernier : « Je laisse dans le kiosque un carnet pour recueillir les commentaires des clients et je reçois plein de mots d’amour ! Les gens aiment les produits, sont charmés par le kiosque et sont heureux qu’on leur fasse confiance », se réjouit-elle. La Ferme Florae offre sur son étal des produits de la rose sauvage et du safran, pour usage tant culinaire que cosmétique ainsi que des bouquets de fleurs cultivées.

Olivier Fortin, maraîcher propriétaire de La Ferme du Garde-Manger, se lance quant à lui dans l’aventure cette année avec un concept unique en région : un kiosque libre-service mobile. Dès le début du mois de juillet, un étal construit sur une remorque sera mis à la disposition de la clientèle et sera transporté dans trois municipalités de la MRC de Maskinongé, soit Saint-Justin (lundi au mercredi), Sainte-Ursule (jeudi et vendredi) et Saint-Sévère (samedi et dimanche). Il s’agit d’un projet-pilote qui a été réalisé avec un soutien financier de la Corporation de développement des communautés (CDC). Olivier Fortin y voit une façon de bonifier l’accès aux fruits et légumes pour la population dans ces communautés. « Le fait qu’il n’y ait pas d’employé au kiosque le rend beaucoup plus facile à gérer et permet aussi d’élargir la plage horaire afin que les gens puissent magasiner selon leurs disponibilités », fait-il valoir.

À Saint-Élie, le kiosque est ouvert « même la nuit pour les rages de tomates ! », s’amuse à souligner Florence Bélanger.

Le seul inconvénient de la formule libre-service est la méthode de paiement, car bien que certains kiosques offrent la possibilité de payer par virement bancaire, il faut généralement avoir le montant exact en argent comptant à mettre dans la petite caisse.

La distribution en libre-service a connu un succès phénoménal lors de la saison estivale 2020. Après tout, ce concept, par sa nature, était tout à fait adapté aux mesures sanitaires mises en place pour lutter contre la COVID-19. Il ne fait toutefois pas de doute que la clientèle y aura pris goût et que les kiosques libre-service sont là pour rester.

Coopérative La Charrette 

Légumes et fruits certifiés biologiques

Ouvert du jeudi 15h au dimanche soir.

De la fin juin à la mi-octobre

2440 Principale, Saint-Élie-de-Caxton. Dans le stationnement de la boulangerie.

Miels des 3 Rivières et Fromagerie Caron 

Miel, fromage de chèvre, fraises

Ouvert 7 jours 9h-20h, toute l’année

1100 rue Louis-de-France, Trois-Rivières

Ferme Florae 

Produits culinaires et cosmétiques de la rose sauvage et du safran. Fleurs cultivées

6500 chemin de Sainte-Flore, Shawinigan

Ouvert 7 jours 9h-19h, en saison

26 juin – Évènement Pivoines

11 septembre – Événement Dahlias

Ferme du Garde-Manger

Légumes et fruits

À compter du début juillet

lundi-mardi-mercredi – Saint-Justin : 851 Bois-Blanc Saint-Justin, devant la ferme du Garde-Manger

jeudi-vendredi – Sainte-Ursule – à l’intersection de la route 348 et de la route Gérin

samedi-dimanche – Saint-Sévère – 91 Rue Principale, sur le site de l’entreprise Rien ne se perd, tout se crée.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.