Josée Bélanger1. Que devrions-nous retenir de vous ?

Originaire d’un milieu agricole, je suis enseignante au niveau collégial depuis plus de vingt ans. Après des études en Sciences de la nature, j’ai complété un baccalauréat et une maîtrise en philosophie. Diplômée de l’Université Laval, j’ai toutefois suivi certains cours à l’étranger (Paris-Sorbonne, Fribourg, New Delhi).

En plus de donner mes cours, autant aux programmes techniques que préuniversitaires, j’ai organisé des conférences grand public avec des invités qui discutaient de l’esprit critique dans divers domaines. J’ai aussi eu la chance de donner des cours à l’Université du troisième âge. Je me suis investie dans divers projets au Baccalauréat international, ce qui m’a permis de travailler avec différents intervenants à l’étranger.

Officier de la Réserve navale de 1988 à 1996, j’ai pu occuper différents postes de gestion. Amatrice de sport, je fus membre du Club d’athlétisme Rouge et Or, joueuse de soccer pendant plus de dix ans dans une ligue récréative de la Mauricie.

Ceux qui aiment les arts m’ont peut-être déjà vue sur scène à Trois-Rivières puisque j’ai joué dans une dizaine de pièces de théâtre, et ai participé à certains projets corporatifs. J’ai travaillé quelques années comme pigiste en réalisation et production vidéo (publicités et corporatifs).

Polyvalente et dévouée, ma passion et mon souci des autres m’amènent aujourd’hui à vouloir représenter et défendre les citoyens et intérêts de Berthier-Maskinongé, coin de pays dont je suis si fière!

2. Pourquoi briguez-vous le poste de député.e pour votre circonscription? Comment expliquez vous votre choix de parti?

Pourquoi vouloir être députée? Parce que j’aime les gens, j’aime ma région. Offrir une voix forte à Ottawa pour les citoyens, et pour faire avancer les dossiers concernant Berthier-Maskinongé.

Pourquoi le Parti conservateur? Parce qu’il respecte l’autonomie des provinces, ce qui me rejoint particulièrement. Il a reconnu le Québec comme une nation. Aussi, pour sa rigueur, non pas sa rigidité mais sa rigueur… L’argent des contribuables est sacré, il faut le dépenser avec compassion et intelligence.

3. Quelles actions comptez-vous poser pour répondre à l’urgence climatique? Êtes-vous favorable ou défavorable au passage au Québec d’oléoducs transportant des combustibles fossiles provenant de l’Ouest canadien ?

Notre plan comprend cinquante-cinq mesures suivant trois principaux axes : des technologies vertes, un environnement naturel plus propre et plus vert, une lutte mondiale aux changements climatiques.

Le corridor énergétique national (hydroélectricité, gaz naturel, pétrole, télécommunications et autres infrastructures linéaires prometteuses) génèrera des avantages économiques et sociaux.

Il permettra de minimiser l’impact environnement à court et moyen termes. Tout ceci se fera évidemment en collaboration avec les provinces et peuples autochtones.

4. Plusieurs acteurs économiques de la région revendiquent depuis plusieurs années la mise en place d’un lien ferroviaire avec un train grande fréquence (TGF) dans le corridor Québec-Windsor. Ce projet de VIA Rail passerait par Trois-Rivières. Qu’allez-vous faire pour accélérer le processus?

En plus d’être bon pour l’environnement, le TGF vitalisera encore plus la région (transport de travailleurs et citoyens, tourisme, etc.). Un projet porteur de grandes retombées!

5. Les transferts fédéraux en santé représentent aujourd’hui environ 20% des dépenses des provinces en santé alors qu’ils ont déjà compté pour 50%. Que comptez-vous faire pour rétablir les transferts fédéraux en santé tout en respectant les champs de compétence du Québec?

Durant la tournée de consultations « À l’écoute des Québécois », partout où nous sommes allés, l’idée d’avoir un rapport d’impôt unique est revenue systématiquement. Ce projet fait consensus au Québec, l’Assemblée nationale a même voté une motion unanime à ce sujet. Le Parti conservateur veut simplifier la vie des Québécoises et des Québécois, le rapport d’impôt unique représente une excellente occasion de démontrer que nous sommes à l’écoute et que nous respectons les provinces.

Nous sommes engagés à défendre l’expertise de l’Agence du Revenu et à ce que la transition se fasse sans perte d’emploi.

6. La crise des médias continuent de retenir l’attention. Les géants du Web que sont notamment Google et Facebook siphonnent les revenus publicitaires des médias imprimés. Comptez-vous imposer les revenus de ces géants et exiger qu’ils paient leur juste part de l’information?

Un aspect de notre plateforme (mesure à venir) va cibler les géants du web pour s’assurer qu’ils contribuent à notre société.

7. La crise de la pyrrhotite dure depuis plus de 10 ans dans la région. Que comptez-vous faire pour poursuivre ou augmenter le soutien du gouvernement fédéral en la matière?

La pyrrhotite est un fléau majeur pour la région, il perdure depuis plus de dix ans avec son lot de détresse. Cette rencontre avec la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite nous a permis, candidats de la région, d’être à jour dans ce dossier. Nous comprenons les enjeux, et serons à la table d’un comité de suivi.

8. Si vous êtes élu.e le 21 octobre prochain, quelles seront vos priorités en tant que député.e?

Notre parti offre des mesures qui nous redonneront plus d’argent dans nos poches : baisse d’impôts, crédits d’impôt pour les aînés, crédits d’impôt pour les activités sportives et culturelles de nos jeunes, supprimer la TPS sur les factures d’Hydro, crédits d’impôt pour le transport en commun, élargir les critères d’admissibilité au soutien aux personnes handicapées, des congés de maternité libres d’impôt, crédits de rénovations vertes, etc.

Députée, je tiendrai informés les organismes, entreprises et agriculteurs des différents programmes possibles et les accompagnerai dans leurs démarches. Les dossiers comme ceux en agriculture, Internet haute-vitesse, TGF, Berges du Lac St-Pierre, pénurie de main d’oeuvre  et la pyrrhotite seront  prioritaires.

9. Enfin, pourquoi devrions-nous voter pour vous?

Depuis le 4 février, jour de ma nomination officielle, je sillonne le comté, j’ai contacté les trente-six maires de Berthier-Maskinongé, j’aurai fait du porte-à-porte dans les trente-six municipalités, fait sept tournées avec des collègues députés, rencontrer des entrepreneurs, des organisateurs d’événements, des agriculteurs de différents secteurs, divers organismes sociaux et environnementaux, etc. bref, j’ai pris cela à cœur. Députée, je me sentirai prête à commencer à travailler tous les dossiers qui concernent le comté dès mon élection. Vous pouvez compter sur mon entier dévouement. Le Parti conservateur est le seul qui peut réellement défendre les intérêts des Québécois à Ottawa.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.