Par Luc Drapeau, juin 2018 

Qu’on aime, qu’on n’aime pas, que l’on soit attiré par la saveur du jour ou par les artistes moins connus, moins usés ou moins portés aux nues, plusieurs des noms figurant dans la programmation diversifiée du FestiVoix 2018 sauront vous faire passer un bon moment.

Il y a ces musiques…

Il y a ces musiques qu’on aime écouter quand on a envie de mêler notre voix au grain feutré ou dynamique de celle des chanteurs et des chanteuses – souvent avec des résultats douteux – en lavant la vaisselle ou en s’adonnant à toute autre activité de même acabit. Il y a ces musiques qu’on écoute pour les paroles qui nous donnent matière à pensées et à serments devant l’insoutenable. Il y a ces musiques qui électrifient tous les nerfs de notre corps et qui font pulser le sang dans nos veines pour que l’on rejoigne la fête. Il y a ces musiques qui offrent aux oreilles la pureté d’un accord et aux yeux la dextérité hors du commun d’un musicien ou d’une musicienne. Il y a ces musiques qui créent des paysages sonores, qui nous amènent à rêvasser tout haut, à sculpter dans les nuages et à lire dans les formes du monde pour y déceler l’indicible. C’est à cette catégorie de musiques que je m’attarderai dans le cadre du FestiVoix de cette année par l’entremise de Jean-Michel Blais, pianiste nicolétain qui fera partie du volet Les voix classiques le 7 juillet prochain.

Jean-Michel Blais

Jean-Michel Blais sera de passage au FestiVoix cet été. Il a récemment procédé au lancement de son second opus Dans ma main qui rencontre un franc succès auprès du public et de notre chroniqueur Luc Drapeau.
Crédits : John Londono

Après un premier album (Il) salué par la critique en plus d’être classé parmi les dix meilleurs albums de 2016 par le magazine Time, le compositeur sortait le 11 mai dernier son nouvel opus intitulé Dans ma main. À l’évidence, le travail collaboratif de Jean-Michel Blais avec le réalisateur et musicien électro Mike Silver, alias CFCF, dans le cadre de la création de l’album Cascades, a sensiblement bonifié la démarche de l’artiste.

Le jeu des comparaisons et l’obligation de nommer

Les étiquettes « classique », « avant-garde » ou « post-rock » servent souvent de fourre-tout visant à circonscrire des démarches qui s’évertuent à transcender les frontières entre les styles. Sans être typiquement classique, contemporaine ou ambiante, la musique de Jean-Michel Blais se veut libre, débordant des cadres et rebelle aux conventions dans lesquelles on pourrait être tenté de l’enfermer. Ainsi, par le jeu des comparaisons, divers aspects de l’œuvre de Jean-Michel Blais forcent des rapprochements avec Yann Tiersen, Philip Glass ou Chilly Gonzales. Sur son précédent album, la pièce Budapest nous rappelle sans équivoque la pianistique sautillante du copain Chilly sur certains titres de ses solos piano I et II. D’autres argueront que certaines pièces proposent des « flashs » à la Einaudi ou encore des « filtres » à la Hauschka ou à la Eluvium.

Voyager sur place

Peu importe, les influences de Jean-Michel Blais, sa polyvalence et sa maîtrise pianistique, conjuguées à son habileté à densifier le travail harmonique par le biais de l’électronique me font voyager dans les miennes. Parfois, certains mouvements me rappellent les égarements mélancoliques de l’Islandais Olafur Arnalds avec qui il partagera une scène du Festival de Jazz de Montréal à l’occasion d’un programme double cet été. Parfois aussi il me vient à l’esprit des ambiances que j’associe à Radiohead, des cadences qui me rappellent le compositeur allemand Nils Frahm ou des univers sonores qui ont des parentés avec l’insaisissable Britannique d’Origamibiro. Ce qui me fait dire au final que l’important, ce n’est pas la destination, mais le voyage : celui qui nous fait traverser toute une gamme d’émotions, d’expériences et de moments qui nous ont marqués.

Merci pour le voyage et le bon festival !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.