Magali BoisvertPar Magali Boisvert, juin 2018

En tant que féministe assumée et que littéraire relativement à l’affût de récentes publications, j’avoue avoir un grand faible pour la maison d’édition féministe québécoise Remue-ménage. C’est cependant avec un certain retard que je me suis attaquée à la lecture de Je suis féministe : le livre, qui rassemble des textes publiés sur le blogue québécois du même nom, que je ne connaissais pas auparavant. Mais qu’avais-je manqué en ne lisant pas plus tôt ce recueil de textes tous plus nuancés et militants les uns que les autres !

Le livre Je suis féministe, dirigé par Marianne Prairie et Caroline Roy-Blais.
Crédits : Marie-Hélène Legault, Page par Page

Ces textes sont signés par des femmes de tous horizons, carrières, âges et opinions. Le livre se démarque d’ailleurs par l’hétérogénéité des points de vue qui y sont exprimés. Le seul enjeu pour lequel le blogue se positionne sans discussion est celui de la liberté de choix en matière d’avortement. Tout le reste, absolument tout, est sujet à débat. Militantisme, expériences personnelles relatées par des féministes québécoises, sexualité, relation avec les hommes, nécessité (ou pas) de la présence des hommes dans le combat féministe… Tout est sur la table, tant que l’une des plumes du blogue l’aborde.

Toutes ces positions, parfois très différentes d’une auteure à l’autre, m’ont fait comprendre plus que jamais pourquoi on devrait parler de féminismes au pluriel. Car il y a autant de façons de se revendiquer femme qu’il y a de femmes pour le faire. Et à travers ce livre, extension du blogue, j’ai vu une véritable ouverture à tous les possibles en matière de féminismes. Un désir profond de se questionner, de nuancer ses propos tout autant que de mettre son pied à terre lorsque les auteures en sentaient le besoin.

Cette multiplicité de voix féministes, qu’elles soient chuchotées ou bien hurlées, elle m’a rappelé qu’il n’y a pas qu’un seul bon chemin; il y a le chemin que chaque femme choisit de prendre selon ses valeurs — et elle est libre de bifurquer et se perdre autant de fois qu’elle le souhaite. Je suis féministe, comme un voyage entamé, comme une quête, comme une exploration. Je ressors de cette lecture avec des yeux neufs.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.