Pour l’arrivée de la saison estivale, La Gazette de la Mauricie vous propose ici deux activités pour vous détendre et pour profiter de nos biens communs. Bon été! La Gazette sera de retour en septembre pour sa saison 2018-2019. 

 

Par Jean-Claude Landry, juin 2018

La pêche, activité printanière et estivale par excellence, a cette vertu toute particulière de nous mettre en étroit contact avec la nature. Qui, les deux pieds bien ancrés dans une rivière aux eaux cristallines ou confortablement installé dans une chaloupe au beau milieu d’un lac, n’a pas ressenti l’impression de calme et de sérénité dont nous gratifie la nature lorsqu’on choisit de vivre, ne serait-ce qu’un moment, à son rythme ?  

Et cela est encore plus vrai pour qui pratique la pêche à la mouche. Une activité qu’on qualifie à la fois de sportive et de contemplative. Sportive du fait que celle-ci fait appel à une technique de lancer particulière. Contemplative parce qu’on s’y retrouve en harmonie avec le milieu environnant. Il ne faut donc pas s’étonner du fait que les pêcheurs à la mouche soient sensibles à la préservation et de la ressource et de son environnement. Elles et ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à remettre volontairement à l’eau la majorité de leurs prises. 

Longtemps perçue, avec raison, comme un sport réservé à une certaine élite, la pêche à la mouche s’est fortement démocratisée.

Un sport qui se démocratise 

Longtemps perçue, avec raison, comme un sport réservé à une certaine élite, l’activité s’est fortement démocratisée. La diminution des coûts de l’équipement de base (canne, moulinet, soie, bas de ligne et mouches) y est pour quelque chose, mais les efforts accomplis pour faciliter l’accès aux différents plans d’eau et accroître leur productivité ont aussi été déterminants. 

C’est le cas de la rivière Shawinigan. En 2003, on y a aménagé des frayères et des abris à poissons. On y dépose annuellement des milliers de truites, près de 8000 dans la seule année 2017, que les amateurs, moucheurs ou non, sont invités à taquiner durant la saison de pêche. Et cela tout à fait gratuitement. 

Un organisme actif 

Cette heureuse démarche, on la doit à une initiative citoyenne dénommée Vision Saint-Maurice. Cet organisme regroupe près de 300 amis des rivières Saint-Maurice et Shawinigan, dont une vingtaine de bénévoles actifs, soucieux de mettre en valeur à des fins éducatives, récréatives et touristiques la rivière Saint-Maurice et ses affluents, dont la Shawinigan. L’organisme collabore étroitement avec la Société des pêcheurs à la mouche de la Mauricie (SMPM), dont la mission consiste à promouvoir le respect de la nature en popularisant la pêche à la mouche et qui participe aux ensemencements ainsi qu’à la formation de la relève, notamment lors de la Fête de la pêche qui se tient chaque année en juin. 

Cinq secteurs de la rivière font l’objet d’ensemencement de truites arc-en-ciel et de truites brunes et une carte présentant leur emplacement est offerte au public. On trouvera la liste des dépositaires, ainsi que la carte elle-même, sur le site web de Vision Saint-Maurice.

Fête de la pêche 

La pêche est-elle une activité accessible ? Pour sûr ! Et tant qu’à y être, pourquoi ne pas s’initier à la pêche à la mouche lors de Fête de la pêche, ce rendez-vous annuel au cours duquel la pêche sans permis est autorisée. Cette année, les 8, 9 et 10 juin.  Des activités sont prévues un peu partout en Mauricie notamment à Trois-Rivières, Shawinigan, La Tuque, Saint-Alexis-des-Monts et Notre-Dame-de-Montauban. Tous les détails sont disponibles sur le site du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, sous l’onglet « Fête de la pêche ». 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.