Magali Boisvert, octobre 2019

Les sept jeunes de 6e année du groupe De l’école vers une planète verte de l’école primaire Notre-Dame à Notre-Dame-du-Mont-Carmel font preuve d’une admirable créativité face à la crise climatique. Encadrés par leur enseignante Linda Godin, six filles et un garçon se sont portés volontaires pour un projet d’entrepreneuriat écoresponsable qui les a menés vers une campagne de sensibilisation touchant l’école entière.

Mme Linda crée à chaque année une équipe d’entrepreneuriat parmi les élèves de 6e année intéressés. À partir du moment où elle a décidé que l’accent serait mis sur l’environnement, les jeunes ont tout de suite embarqué.

jeunes
Les sept jeunes de 6e année du groupe De l’école vers une planète verte de l’école primaire Notre-Dame à Notre-Dame-du-Mont-Carmel ont reçu un prix pour les efforts investis à rendre leur école verte.

« J’ai fait ça surtout pour aider la planète. Je pense que plus tard, il y a des personnes qui ne pourront pas voir certains animaux que nous, on a vus, parce qu’ils vont sûrement disparaître à cause du réchauffement climatique », confie une participante.

Lisez les autres articles du dossier École et communauté

Étonnante lucidité venant d’enfants de 11 et 12 ans, comme chez le jeune Émile Bastien, qui nous dit avoir participé car il « ne veut pas que les générations à venir souffrent à cause de [leurs] gestes ».

Une multitude de projets pour une école verte

Ce n’est pas pour rien que ces jeunes ont reçu la 3e position du concours du Réseau In‑Terre-Actif sur les 3R (réduction à la source, réemploi et recyclage). Lorsqu’on leur demande quels gestes les jeunes ont posés dans leur école dans le cadre de leur projet, la liste s’allonge à vue d’œil.

Émile a entièrement créé le logo de leur groupe lui-même, les jeunes ont dédié une journée entière chez les 5e et 6e année pour recevoir une conférencière d’In-Terre-Actif, ont posé des affiches de sensibilisation un peu partout dans l’école et dédié un match d’impro en art dramatique sur des thèmes reliés à l’environnement.

Grâce à une rencontre sur l’heure du midi aux 10 jours, ils ont organisé une séance de dessins avec leurs camarades pour imaginer leur future cour d’école à construire sous peu puis ont acheminé leurs créations au directeur, fait des présentations sur la pollution plastique dans les classes de 4e année et fait le tour de tous les enseignants de l’école pour leur faire signer le Pacte pour la transition.

Les adultes ne les intimidaient pas : certains ont même parlé devant des dizaines d’adultes au conseil d’administration ainsi qu’au comité des parents organisateurs (OPP) pour sensibiliser les plus grands à la transition vers des gestes verts dans leurs événements et rencontres.

Une vision « vert » l’avenir

À la fin de l’année, les sept jeunes ont donné un devoir à Mme Linda : « D’habitude, je reprends un nouveau projet chaque année, mais à cause d’eux, je vais être obligée de continuer ce projet-là l’année prochaine! D’autres 6e année pourront poursuivre l’an prochain, ils leur ont même laissé le montant alloué grâce à leur prix pour faire venir d’autres conférenciers. »

Les jeunes n’en finissent pas là, car ils ont la tête pleine de projets pour la suite : « Au secondaire, il y a encore plus de personnes qu’on pourrait sensibiliser; si on en parle à leur gang, qui vont en parler à d’autres gangs, ça va se ramasser partout! » s’exclame Doroté Baribeault.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here