Le projet Citoyen.ne.s du monde et de chez nous est une initiative du Comité de solidarité de Trois-Rivières visant à impliquer et à mettre en action des jeunes âgés entre 16 et 35 ans autour d’enjeux concrets. Ainsi, à travers la participation à des activités, l’écriture, l’art et l’engagement citoyen, les jeunes sont amenés à travailler sur des enjeux locaux et internationaux, tels que la consommation responsable, la justice climatique, la construction de relations mutuellement respectueuses entre autochtones et allochtones et bien d’autres. Citoyen.ne.s du monde et de chez nous permet d’initier les jeunes à la participation citoyenne en plus de les amener à participer à des projets de créations interculturels. Durant le projet, l’implication des participant·e·s a su prendre différentes formes. Certain·e·s ont participé à une simulation des Nations Unies, d’autres ont pris part à une fin de semaine de co-création en milieu autochtone alors que d’autres sont allés faire entendre leur voix au conseil municipal. Trois participantes au volet Réconcili’Art du projet ont souhaité nous faire part de leur expérience.

Voir le monde autrement

Participer au projet Réconcili’Art a été une expérience mémorable à plusieurs niveaux. Ce qui demeure le plus le plus marquant pour moi est le manque d’espace de rencontre et d’échanges entre les peuples autochtones et allochtones; nous passons à côté d’apprentissage et de partages extraordinaires. Réconcili’Art était une de ces occasions pour nous, pour mieux nous connaître, pour tisser des liens par la création et par les anecdotes autour du feu. Je cultive depuis l’habitude d’aller côtoyer les gens au Centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières pour maintenir les liens et parfois participer aux activités mixtes qu’ils offrent, comme le volley-ball. Leur résilience, leur esprit de communauté, d’entraide et leur humour, surtout leur humour, doivent être honorés le plus souvent possible. Avoir davantage d’espaces de partage serait un atout pour nos peuples !               

par Lauranne Carpentier

Lors de mon séjour au Domaine Notcimik, nous avons participé à des ateliers et des discussions qui nous ont permis de prendre le temps de réfléchir, tant individuellement que collectivement, sur différents enjeux et d’échanger différents points de vue. Les diverses activités organisées nous ont permis de tisser des liens rapidement et de vivre des échanges uniques. Nous avons partagé des réflexions, des confidences, des émotions, des fous rires et de bons moments. Ensemble, nous avons créé une banderole représentant l’union des différents peuples et créé des œuvres artistiques représentant des problématiques et solutions auxquelles nous sommes confrontés. On peut décrire le magnifique domaine Notcimik comme un lieu de rencontre, de ressourcement, de partage, un lieu favorisant la réconciliation et un lieu où les barrières culturelles n’existent pas. Cette expérience a été pour ma part enrichissante, j’en garde de bons souvenirs et des ami·e·s.                  

par Audrey Jacques

Sur une fin de semaine, nous avons pris le temps de rester dans un endroit paisible et très propice à l’expérience que nous nous préparions à faire. Étant de la nation innue, j’avais plein de questionnements par rapport à ce temps de rencontres et de création. J’allais échanger et même camper avec des personnes que je ne connaissais pas.  La culture autochtone était au cœur des partages que j’ai eus durant cette fin de semaine. J’ai fait en sorte de sensibiliser les participants sur ma propre réalité de personne autochtone. Chacun a pu partager ses visions et son cheminement de vie personnelle et professionnelle. En symbiose et en toute honnêteté, nous avons créé des liens très forts avec tous les participants en plus de créer des œuvres artistiques significatives. Nous avons pu faire le point sur des actions qui peuvent être mises en place pour contrer la pollution et d’autres problématiques connues dans le monde!

par Tshinashkumitinau Gabrielle, Innu de Pessamit

Encore cette année, le projet Citoyen.ne.s du monde et de chez nous se poursuit, et ce, de manière sécuritaire et adaptée au contexte de la pandémie. En effet, divers moyens d’implications seront proposés aux jeunes afin de faire rayonner la jeunesse dans la communauté. Il s’agit d’un beau moyen de faire entendre leur voix, de vivre une expérience enrichissante, d’y faire des échanges solidaires et de participer à des projets stimulants. Pour avoir plus d’informations ou pour vous impliquer dans le projet, contactez-nous.

Anne-Julie Morasse                                                                          Javier Escamilla

anne.julie.morasse@cs3r.org                                                           javier.escamilla@cs3r.org

819-373-2598 #325                                                                          819-373-2598 #319

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.