103.1 fm

Valerie Delage Gazette de la MauricieValérie Delage, mars 2021

Quand on parle de justice climatique, on admet généralement que les personnes qui contribuent le moins au réchauffement climatique sont celles qui en subissent le plus les effets. C’est une forme de double injustice qui, pour diverses raisons, affecte plus souvent les enfants, les personnes âgées, les gens des pays du Sud, les peuples autochtones et les femmes. Aux vues de ces inégalités, il serait tentant de cantonner ces personnes dans un rôle de victime qu’il faut défendre. Pourtant, de nombreuses femmes à travers le monde luttent activement pour le bien de la planète. En ce mois qui célèbre la journée internationale des droits des femmes, quelques « héroïnes vertes » – parmi de nombreuses autres – nous offrent de l’espoir et nous inspirent pour changer le cours des choses en matière d’environnement.

Femmes des Premières Nations

Suzy Basile

Originaire de Wemotaci, Suzy Basile a été la première personne atikamekw à obtenir en 2016 un diplôme de troisième cycle. Qui plus est, c’est un doctorat en sciences de l’environnement qu’elle a obtenu après des études en anthropologie. Elle est actuellement professeure à l’École d’études autochtones de l’UQAT, et tout récemment nommée titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux relatifs aux femmes autochtones. Elle s’intéresse notamment aux liens des femmes autochtones avec le territoire.

Melissa Mollen Dupuis

Melissa Mollen Dupuis est originaire d’Ekuanitshit sur la Côte-Nord, dans le secteur de Mingan. Elle est l’une des instigatrices du mouvement Idle no more au Québec. Présidente du conseil d’administration du Wapikoni mobile depuis 2014, elle a réalisé plusieurs films, dont l’éloquent  Nanapush et la tortue  dans lequel elle aborde entre autres la notion de racisme environnemental. Depuis 2018, elle est également responsable de la Campagne Forêts au Québec pour la Fondation David Suzuki.

Melissa Mollen Dupuis est une des nombreuses femmes avec un engagement remarquable en environnement. Crédits : Melissa Mollen Dupuis

Automn Pelletier

Dès son plus jeune âge, Automn Pelletier, de la Première Nation de Wiikwemkoong, dans le Nord de l’Ontario, milite pour la défense du droit à l’eau et en particulier pour l’accès à l’eau potable. Elle est aujourd’hui l’une des figures de proue du mouvement mondial des jeunes pour l’environnement. À peine âgée de 17 ans, elle a déjà pris la parole à l’ONU à deux reprises et a été nommée au Prix international de la Paix des enfants en 2017, 2018 et 2019.

Femmes autour du monde

Rosalinda Hidalgo

Rosalinda Hidalgo est une militante au sein des mouvements pour la défense de l’eau au Mexique et en Amérique latine. Elle milite entre autres pour la défense des personnes affectées par les barrages et par l’industrie minière, particulièrement les populations autochtones et les femmes. Son passage en Mauricie, organisé par le Comité de solidarité/Trois-Rivières dans le cadre des Journées québécoises de solidarité internationales de 2019, n’a laissé personne indifférent!

Katrín Jakobsdóttir

Katrín Jakobsdóttir, première ministre d’Islande depuis 2017, est la seule écologiste, féministe et antimilitariste à la tête d’un gouvernement dans le monde. Elle a pour ambition de rendre le pays carboneutre d’ici 2040.

Wangari Muta Maathai

Wangari Muta Maathai, c’est la femme qui plantait des arbres. Née au Kenya en 1940, elle est la première femme africaine à obtenir le prix Nobel de la paix en 2004 pour « sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix ». Elle a fondé en 1977 le Mouvement de la ceinture verte, incitant les femmes à planter des arbres pour lutter contre la déforestation et l’érosion des sols qui affectaient leur travail de collecte du bois dans leur communauté. Décédée en 2011, elle laisse notamment en héritage à la planète la plantation estimée à ce jour à plus de 50 millions d’arbres.

Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres de femmes qui luttent partout dans le monde pour l’environnement. La journée internationale des droits des femmes souligne cette année l’événement avec le slogan « Écoutons les femmes ». Rien de plus vrai en ce qui concerne l’espoir d’une planète plus saine et plus verte!


Pour en savoir plus :

https://www.ababord.org/Entrevue-avec-Suzy-Basile

http://www.wapikoni.ca/cineastes/melissa-mollen-dupuis

https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/autumn-peltier

https://www.francetvinfo.fr/monde/prix-nobel/video-qui-est-wangari-maathai-figure-du-combat-ecologiste-kenyan_3871361.html

https://tcmfm.ca/les-visuels-8-mars-devoiles/

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.