Par Louis-Serge Gill, décembre 2016

 

Pour certaines municipalités en milieu rural, la bibliothèque constitue l’unique lieu de diffusion culturelle. On y assiste à des expositions d’œuvres d’art, des conférences, des ateliers de création, en plus d’avoir accès à un nombre croissant de ressources numériques. Aujourd’hui, ces lieux prisés par les petits comme les grands bénéficient du soutien du Réseau BIBLIO du Québec composé de 11 réseaux régionaux à travers la province.

En Mauricie, on trouve le réseau du Centre-du-Québec, de Lanaudière et de la Mauricie (CQLM). D’ailleurs, ce réseau pour les bibliothèques accueillant moins de 5000 habitants a démarré à Saint-Narcisse. Au début des années 1960, le docteur Gérard Desrosiers propose un lien entre les bibliothèques de la région, notamment avec le service Bibliobus ; une bibliothèque mobile qui permettait la circulation et le partage des livres. Progressivement, le ministère des Affaires culturelles (ministère de la Culture et des Communications) reconnaît et subventionne le réseau qui complète ses revenus par les cotisations des municipalités membres.

La bibliothèque publique est un lieu communautaire de rencontres et d’échanges, près des gens et de leurs intérêts.

On sent l’enthousiasme au sein des bureaux de la rue Girard à Trois-Rivières. Les employés et la directrice générale, France René, ont visiblement à cœur la mission du réseau : participer au développement et au rayonnement d’une centaine de bibliothèques publiques. On y offre, entre autres services, du soutien pour l’aménagement, pour les communications, des expositions « clé en main », un service de dépôt et d’échange de livres, de même que des formations de toutes sortes. Madame René relève aussi l’importance pour Réseau BIBLIO CQLM de la toute récente Déclaration des bibliothèques québécoises qui établit la bibliothèque comme le 3e lieu de l’individu, après la famille et l’école ou le travail. Dans cet esprit, la bibliothèque publique est un lieu communautaire de rencontres et d’échanges, près des gens et de leurs intérêts.

La bibliothèque de Saint-Boniface : un modèle

Sur le terrain, Jacques Tremblay, le coordonnateur de la bibliothèque de Saint-Boniface, me souligne la pertinence des formations offertes par Réseau BIBLIO CQLM, tant pour la gestion que pour l’élargissement des collections. En plus de ce soutien, si la bibliothèque maintient ses services, c’est aussi grâce à des bénévoles dévoués. D’ailleurs, M. Tremblay indique avec fierté qu’entre 2013 et aujourd’hui, quelque mille abonnés supplémentaires fréquentent cet espace culturel.

Pour le bénévole, la bibliothèque doit transmettre le plaisir de lire. Les plus jeunes peuvent assister à l’heure du conte (une tente est même aménagée pour une lecture à la lampe de poche) et les plus vieux peuvent profiter d’activités de tricot (2 fois par mois), de Scrabble et de Génies en herbe. De plus, quatre fois par année, la bibliothèque encourage les artistes locaux et régionaux en proposant des expositions d’arts visuels.

La proximité et l’engagement des gens contribuent au succès des bibliothèques publiques. Dans cette chaîne, du Réseau BIBLIO aux usagers, elles lient les milieux scolaires, familiaux et municipaux et insufflent une vitalité indéniable aux communautés.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.