Opinion de lecteur, Bruno Marquis, juin 2018

Les Capitals de Washington viennent de remporter la Coupe Stanley contre les Golden Knights de Vegas. Les prouesses de ces véritables héros sur glace auront monopolisé l’attention de nombreuses personnes pendant de très longs mois partout au pays. Elles auront donné lieu à de très nombreux débats et à de très, très longues analyses. Elles auront surtout donné lieu à d’importants transferts d’émotions depuis des choses qui nous touchent, comme la justice, la dignité et la fraternité, vers quelque chose de futile, axé sur l’adversité, qui nous éloigne de nous et, disons-le, nous abêtit et nous aliène.

Pendant que l’on regardait le hockey, que l’on se préoccupait sans fin du sort de ces jeunes et valeureux millionnaires et de leurs équipes :

  • un nombre incalculable de pauvres gens voyaient leurs enfants, leurs frères et sœurs, leurs parents ou leurs proches mourir avant l’âge, du fait de l’une ou l’autre de ces nombreuses spoliations de terres, de biens et de richesses naturelles dont sont victimes leurs contrées ou leurs pays;
  • près de huit cent millions de personnes souffraient de la faim un peu partout dans le monde; la faim, cette longue et terrible souffrance qui s’achève presque toujours dans la maladie et la mort;
  • des centaines de millions d‘hommes, de femmes et d’enfants vivaient une vie qui n’en est plus une, à travailler sans cesse, des petites heures du matin à la tombée de la nuit, pour presque rien, dans des conditions difficiles, dans l’un de ces nombreux ateliers de misère ou dans l’une de ces fermes d’esclavage modernes, à fabriquer des tee-shirts, des chaussures, des chemises, des pantalons, des composantes électroniques et toutes sortes d’autres choses ou à cultiver du café, du chocolat ou du sucre pour d’insensibles multinationales sans conscience et sans regrets;
  • un nombre effroyable de femmes et d’enfants alimentaient l’industrie du sexe, privés de toute dignité, de tout droit, de toute protection;
  • des gouvernements comme le nôtre, élus somme toute par d’assez faibles minorités, continuaient d’œuvrer pour le compte des grandes entreprises et des multinationales, pour l’industrie du pétrole sale, de l’armement, pour celui de leurs riches bailleurs de fonds, au détriment du bien-être de tous, de l’égalité et de la tolérance, de la paix, du partage équitable des richesses, de l’environnement;
  • des milliers de travailleurs et d’étudiants réagissaient à la détérioration de leurs conditions de vie ou aux difficultés grandissantes d’accès à l’éducation, criant haut et fort leur volonté d’une société juste, d’une société par tous et pour tous, où l’accès à l’éducation n’est pas que l’affaire des mieux nantis, et le travail, et les revenus, et le pouvoir non plus;
  • des milliers d’autres ici, des millions et des millions ailleurs, parlaient de justice, d’équité, de véritable démocratie, de partage, à la maison, au café, sur leurs lieux de travail, dehors, à l’intérieur, partout;
  • des foules et des foules se réunissaient pour manifester pour la justice et l’équité, l’égalité, l’environnement et le respect des droits humains, pour de véritables démocraties;
  • un nombre incalculable de personnes se rencontraient ici et ailleurs dans le monde pour prendre toutes sortes de mesures afin de contrer de façon démocratique et non violente la guerre, la désinformation et l’exploitation éhontée des humains, des animaux et de l’environnement, et pour bâtir, comme nous nous devons de le faire, un monde libre, égalitaire et fraternel.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here