Agathe Gentili – Regards sur nos patrimoines – Décembre 2020

Les arts de la parole sont une forme d’art bien vivante en Mauricie et cette vitalité s’exprime au sein des nombreux projets locaux et festivals de la région. Cette forme d’art fait partie du patrimoine culturel et sa protection est importante puisqu’elle contribue à préserver le tissu social et renforce le sentiment d’appartenance des Mauricien.ne.s.

Une tradition orale abordable

Bien avant l’arrivée de la radio et des réseaux sociaux, les informations étaient véhiculées jusqu’aux résidents par des crieurs publics qui relayaient les nouvelles importantes dans les rues, au plus près des populations. Les arts de la parole transportent également de l’information et peuvent contribuer à l’apprentissage.

Par ailleurs parmi les activités du festival international de poésie qui se tient depuis 36 ans à Trois-Rivières, des lectures de poésie itinérantes ont été réalisées avec des élèves du primaire.

Le slam, la poésie performée, le conte, la chanson, le théâtre, l’improvisation : les arts de la parole comportent aujourd’hui des formes variées, mais qui ont toutes en commun de cultiver et d’encourager l’expression orale dans les domaines des arts, de la pédagogie et même de la thérapie.

Par le biais d’histoires, les contes permettent également de « jaser » mathématiques ou vulgarisation historique et scientifique. De nature souple, la tradition orale s’adapte aux lieux et aux époques tout en communiquant des valeurs et des émotions intemporelles. Elle permet aux spectateurs de s’identifier aux personnages ou de comprendre un point de vue différent du leur.

Comme il n’existe pas d’enseignement académique de l’art oral, contrairement à la danse ou à la musique, cette forme d’art est accessible et abordable, mais c’est justement cette accessibilité qui peut le rendre précaire et incompris du milieu culturel.

Les arts de la parole font partie du patrimoine culturel de la Mauricie. Le repère des mauvaises langues au centre-ville de Trois-Rivières est un nouvel espace de création des artistes de la parole (conte, poésie, chanson, théâtre, impro, slam, etc)

Les arts de la parole en Mauricie

Les arts de la parole occupent une place particulière en Mauricie et on peut constater ce dynamisme dans plusieurs projets locaux. Depuis plus d’une décennie Fred Pellerin fait rayonner la région et son village de Saint-Elie-de-Caxton dans ses histoires. D’autres artistes tels que Marc-André Fortin, Valérie Deschamps, Steve Bernier ou Jean-Philippe Marcotte sont présents dans le paysage culturel mauricien. L’édition du Printemps des beaux parleurs s’est tenue à distance cette année, et le collectif a fait voyager les spectateurs dans les différents univers proposés, « directement à partir de leur foyer » selon le président de l’événement.

A l’automne 2020, et malgré les périodes de confinement, un regroupement de plusieurs artistes des arts de la parole s’est installé au centre-ville de Trois-Rivières. Le Repère des mauvaises langues se veut un espace de rencontre et de collaboration pour les artistes régionaux, à la fois point de repère culturel et repaire pour ses membres fondateurs.

L’importance de valoriser le patrimoine culturel oral

Le vécu quotidien est intéressant pour les historiens et le patrimoine oral vient compléter les grands événements historiques et politiques qui structurent notre Histoire. Les contes constituent par exemple une incursion dans les mœurs d’une époque et les valeurs sociales transparaissent dans le choix des sujets abordés, des personnages et de leurs péripéties. Sur le modèle du patrimoine architectural, il est important de protéger le patrimoine culturel oral.

La création d’une institution dédiée tel que la Maison des arts de la parole de Sherbrooke peut aider à valoriser le patrimoine oral, mais il faut garder en tête que la puissance de cet art est justement son caractère éphémère et malléable. La force des arts de la parole est donc sociale et réside dans sa capacité à susciter des réflexions profondes et durables avec des mots simples. Ce patrimoine vivant contribue au maintien du tissu social et créé un sentiment d’appartenance, à un groupe ou à un territoire.

Sources

http://www.parentengagementmatters.ca/les-contes-qui-comptent http://www.mafconteur.ca/

https://offpoesie.com/

https://voir.ca/arts-visuels/2009/01/22/si-trois-rivieres-metait-contee-a-voir/

https://www.lhebdojournal.com/le-repere-des-mauvaises-langues-voit-le-jour-a-trois-rivieres/

https://www.culturemauricie.ca/show.php?id=433781/devoilement_du_repere_des_mauvaises_langues

https://www.personare.ca/

https://www.lhebdojournal.com/un-theatre-social-sinstalle-en-ville/

https://www.lechodetroisrivieres.ca/actualites/arts-et-divertissements/392317/le-printemps-des-beaux-parleurs-devoile-une-programmation-speciale-covid-19#

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.