Magali Boisvert, février 2016

Ils sont environ 25 000.  Vingt-cinq mille hommes, femmes et enfants déracinés de leur pays, fuyant la guerre par choix, le choix de vivre. L’arrivée en masse de ces réfugiés au Canada provoque discussions et controverses en raison, notamment, des distinctions culturelles entre notre mode de vie et le leur. Toutefois, les us et coutumes de ce peuple nous touchent plus que l’on ne pourrait l’imaginer. Petite leçon sur un pays moins lointain qu’il n’y paraît.

Un peu d’histoire

La Syrie, pays de religion majoritairement musulmane du Moyen-Orient, est bordée par le fleuve ancien de l’Euphrate et la mer Méditerranée. Le Liban, la Turquie et la Jordanie comptent parmi ses voisins immédiats et Damas est sa capitale. Victime des conflits israélo-arabes, le peuple syrien reste accueillant et chaleureux. La Syrie a une population totale de 22 millions d’habitants.

Démystifier le charabia

Les Syriens parlent l’arabe et utilisent donc un alphabet différent du nôtre. Il est tout à fait normal qu’il soit difficile de communiquer avec un réfugié qui n’a pas de base en français ou en anglais. Ce n’est toutefois pas cause perdue d’apprendre quelques phrases courantes en arabe. Cette attention saura toucher votre interlocuteur et le faire sentir un peu plus comme à la maison. (Consultez un site de traduction ou un tutoriel vidéo pour bien entendre la prononciation des mots !)

FrançaisArabe
Bienvenue ou bonjour.Marhaba     مرحبا

Prononcez : Marr-haba

Comment allez-vous?Kaif Halik     كيف حالك ؟

Prononcez : Kéf Rhaleek

Je m’appelle (nom).‘ana (nom).     أنا

Prononcez tel quel.

Merci.Shukran       شكرا

Prononcez : chou krann. 

Attache ta tuque avec de la broche

En Syrie, le climat est très différent du nôtre : le territoire syrien se compose à 60 % de paysages désertiques. C’est pourquoi les réfugiés ne seront pas du tout accoutumés à notre hiver glacial. Si vous souhaitez soutenir les nouveaux arrivants, offrez-leur des vêtements chauds. Une initiative québécoise à ce sujet a d’ailleurs été récemment médiatisée. Il s’agit d’un mouvement local qui s’est rapidement répandu à grande échelle : 25 000 tuques. C’est ouvert à tous et les personnes qui participent à ce projet offrent de leur temps pour tricoter des tuques (et autres accessoires comme des foulards) pour les réfugiés syriens.

Partager, c’est s’enrichir

Alors que débarqueront par milliers les hommes, femmes et enfants aux bagages remplis à craquer à la fois de peur et de courage, gardez en tête que tout humain cherche fondamentalement à installer son nid dans une forêt aux racines profondes. Nourrissons ensemble le cœur des déracinés. Les fleurs qu’enfantera notre terre n’en deviendront que plus belles.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.