Steven Roy Cullen, 9 juillet 2020

IMPORTANTE MISE À JOUR: Le projet de Fabrique de théâtre insolite porté par Les Sages Fous ne sera pas rester longtemps dans l’angle mort du plan de relance économique du milieu culturel. Le 15 juillet dernier, la ministre Nathalie Roy annonçait l’accord de principe tant attendu pour que le projet puisse aller de l’avant. Le MCCQ engage ainsi un montant de 4,8 millions de dollars pour le projet évalué à 7 millions de dollars.


Les réactions étaient mitigées en juin dernier après l’annonce du Plan de relance économique du milieu culturel. Bien qu’on saluait les « premiers pas » de la ministre de la Culture et des Communications du Québec, on reprochait au plan d’avoir de nombreux « angles morts ». Les projets d’immobilisations comme celui de la Fabrique de théâtre insolite porté par la compagnie Les Sages Fous à Trois-Rivières, semblent figurer parmi ces « angles morts ».

Projets de grande envergure

Le Plan de relance économique du milieu culturel est doté d’une enveloppe de 400 millions de dollars dont 110 millions d’argent neuf. Il prévoit un soutien financier pour « les projets immobiliers et d’acquisitions de matériel de moindre envergure (moins de 100 000 $) des organismes culturels qui ont besoin d’adapter leurs espaces rapidement ». Par contre, on n’y fait aucune mention des projets d’infrastructures culturelles de grande envergure déjà sur la table à dessin avant la pandémie.

Questionnée à savoir si le Ministère entend accélérer l’approbation des projets du programme d’aide aux immobilisations, Mme Geneviève Gouin, attachée politique aux communications au cabinet de la ministre Nathalie Roy, répond que celui-ci continuera « à traiter avec diligence les projets en immobilisations, y compris ceux qui s’inscrivent dans une optique de relance économique et culturelle ». Elle confirme toutefois qu’aucun nouvel investissement n’est prévu pour les projets d’infrastructures culturelles de grande envergure.

Découvrez les Sgaes Fous dans un récent reportage de notre équipe

Confiance de Culture Mauricie

Malgré cette posture du ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ), le directeur général de Culture Mauricie, M. Éric Lord, se dit confiant de voir le projet de la Fabrique de théâtre insolite aller de l’avant. Celui-ci a été soumis au MCCQ il y a plusieurs mois. « J’ai bon espoir que le projet puisse être annoncé. En ce moment, c’est un angle mort du plan de relance, mais j’ai l’impression qu’ils travaillent là-dessus pour avoir une stratégie au niveau de la relance économique », indique-t-il.

Rappelons que le projet de la Fabrique de théâtre insolite prévoit la conversion de l’église Saint-James et de son presbytère attenant, un bâtiment à haute valeur patrimoniale situé au coin des rues des Ursulines et Saint-François-Xavier dans le vieux Trois-Rivières. À terme, soit d’ici l’automne 2022, on souhaite disposer d’un pôle de création et de diffusion en théâtre visuel mettant en lumière des formes de théâtre non conventionnelles, hybrides et multidisciplinaires dont le théâtre de marionnettes, forme de prédilection de la compagnie Les Sages Fous, porteuse du projet.

« Dans ma carrière, c’est un des projets culturels les plus porteurs que j’ai vus, souligne M. Lord. La seule inquiétude que j’ai, c’est sur le moment de l’annonce. Je souhaite qu’il y ait une annonce le plus rapidement possible. »

Conséquences d’une annonce tardive

À cette étape-ci, il ne manque que l’accord de principe du MCCQ pour que le projet aille de l’avant. La Ville de Trois-Rivières a déjà engagé sa participation financière et Patrimoine canadien s’est montré très favorable à soutenir le projet, mais aucune décision ne peut être prise sans l’accord de principe du MCCQ. Ce dernier est nécessaire pour permettre aux promoteurs d’embaucher les professionnels pour réaliser un programme fonctionnel et technique comprenant tous les calculs d’ingénierie. Viendront après les plans et devis et l’octroi d’un contrat à un entrepreneur général.

Selon M. Jacob Brindamour, directeur général chez Les Sages Fous, une annonce tardive pourrait entraîner de fâcheuses conséquences. « Si on ne reçoit pas l’accord de principes bientôt, on va être obligé de repousser le projet d’un an. Quand on repousse d’une année, il y a une inflation des coûts. Trois pourcent sur des chantiers d’envergure de 7 millions de dollars comme le nôtre, c’est beaucoup », explique-t-il.

Au cabinet de la ministre Nathalie Roy, qui a visité l’église Saint-James en juillet 2019, on indique que le projet de la Fabrique de théâtre insolite est toujours en cours d’analyse.  « La ministre surveille le résultat de l’analyse du projet de la Fabrique de théâtre insolite avec grand intérêt, et elle est confiante que les recommandations seront positives à l’égard de la réalisation de ce projet », précise Mme Gouin.

*Il n’a pas été possible d’obtenir la réaction du ministre et député de Trois‑Rivières, M. Jean Boulet, avant la mise en ligne.

Le programme de deuxième cycle de l’Université du Québec à Montréal en théâtre de marionnettes contemporain, l’École supérieure nationale des arts de la marionnette, la plus importante école de ce genre au monde, et l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre souhaitent travailler ensemble avec la Fabrique de théâtre insolite pour offrir un cours spécialisé au sein des installations de la nouvelle infrastructure culturelle. « Ça positionne Trois-Rivières comme un pôle de création important dans le milieu international de la marionnette », se réjouit M. Brindamour.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.