Marie-Christine Tessier – juin 2020 – Dossier: Des plants pour l’avenir

L’engouement envers l’achat local est particulièrement visible depuis le début de la crise de la COVID-19. Si un certain mouvement émanait déjà de l’économie de proximité, les derniers mois ont permis de constater une vague de solidarité pour les commerçants locaux. Une multiplicité de plateformes pour favoriser l’achat local sont ainsi nées dans l’urgence.

Faciliter et stimuler l’achat local

Pour les instigateurs de Panier Local, qui couvre les territoires des MRC de Bécancour, de Nicolet-Yamaska et de la Ville de Trois-Rivières, la nécessité de créer une courroie de transmission entre le producteur et le consommateur en milieux ruraux a été la bougie d’allumage. Philippe Dumas et Frédéric Roy désiraient offrir un répertoire transactionnel en alimentation, et ce, à l’année. En rendant accessibles des produits frais et locaux tout en assurant une livraison directement à domicile, Panier Local vise aussi à implanter de nouvelles habitudes de consommation et à s’enraciner dans son milieu.

« Le volume de production de plusieurs commerçants a augmenté depuis la crise, mais la mise en marché restait le défi. La position d’intermédiaire entre le producteur et le client était à réfléchir. » – Frédéric Roy, Panier Local

La notion de circuit-court résume cette démarche locale, qui va au-delà d’un simple échange commercial. Elle « se caractérise d’abord par la relation entre le producteur et la population […] et se démarque par le dynamisme que ces échanges commerciaux génèrent sur le territoire »[i].

La plate-forme centricoise s’ajoute à d’autres services qui font déjà partie des habitudes de certains consommateurs, comme les marchés publics. Frédéric Roy voit d’ailleurs son initiative comme l’une des espèces qui cohabitent dans l’écosystème de l’achat local. Toutes les composantes ne sont pas nécessairement en concurrence : elles favorisent à leur façon le rapprochement producteurs-consommateurs.

Les initiatives de mise en marché de produits locaux par le biais de répertoires et sites transactionnels se sont multipliées en période de confinement. Les nouvelles habitudes des consommateurs traverseront-elles cette crise? 

De nouveaux comportements d’achats : vers une pérennité du mouvement?

Les facteurs de succès pour pérenniser le mouvement d’achat local impliquent notamment d’améliorer la centralisation de l’offre. Aussi, même si le marché virtuel ne peut se comparer au marché public, et que « l’importance de l’ambiance et des contacts humains entre consommateurs et producteurs […] est un facteur motivant les usagers et les producteurs »[ii], la satisfaction du consommateur et la simplicité du mode de transaction permettent de rendre attrayante une habitude virtuelle. Anne-Marie Tanguay, de Serres et saveurs d’Ana, participe à Panier Local. Déjà adepte de MonMarché.ca depuis plusieurs années, celle qui croît à la capacité d’adaptation des petites entreprises en période de tumultes a vu ses ventes quadruplées en comparaison avec la même période l’année dernière. Phénomène répandu chez les producteurs maraîchers, l’explosion de soutien envers les petits commerçants fait espérer une continuité dans cet élan.

Choix individuels, politiques et environnementaux

Les nouvelles habitudes des consommateurs traverseront-elles cette crise? Selon Isadora Tremblay, conseillère en développement durable à la SADC de la Vallée de la Batiscan qui a participé au déploiement de la plateforme Solution Locale, l’enjeu est de briser le mythe que l’achat local se limite à l’achat d’appoint.

Pour réussir la transition, les producteurs, les transformateurs, les citoyens et l’État devront collaborer afin de réduire les obstacles – financiers, légaux, de transport, d’accessibilité, etc. – et ainsi opérer des changements réels dans la chaîne d’approvisionnement régulière des consommateurs. Il faudra aussi innover en matière de communication afin de briser certaines croyances, notamment en matière de prix. À cet effet, l’étude sur les prix indique que les circuits courts ne sont pas systématiquement plus ou moins chers que les circuits plus longs et peuvent même, dans certains cas, être plus avantageux pour les consommateurs. [iii]

En plus de démocratiser l’accès à une alimentation locale et de qualité, prioriser l’achat local dans nos communautés incarne concrètement la lutte aux changements climatiques, surtout si l’on considère que nos aliments parcourent en moyenne 2 600 km en Amérique du nord.[iv]

Article du dossier: Des plants pour l’avenir

Consultez les autres articles de notre dossier Des plants pour l’avenir

Pour plus d’information :

Panierlocal.ca  

Solutionlocale.ca

[i] Selon le Ministère de l’agriculture, des pêches et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

[ii] www.equiterre.org/sites/fichiers/analyse_transversale_complet.pdf

[iii] www.equiterre.org/sites/fichiers/analyse_transversale_complet.pdf

[iv] Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (caaaq), 2008

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.