Jonathan Gariépy, directeur général, 103,1 FM, janvier 2019

Pas d’image, que du son… Ouf ! Quel défi dans cette ère de vidéos sous-titrées, ces sous-titres devenus nécessaires parce que les gens ne prennent plus le temps d’écouter, ne prennent plus le temps, point.

Émanant d’une volonté de la population de se doter d’une station de radio, le 103,1 FM est vite devenu un point central en matière d’information régionale.

Sa principale force est sa proximité. Seul média parlé voué à priori à la couverture de la MRC de Maskinongé, le 103,1 s’est forgé un rôle d’incontournable pour les citoyens de la région. L’instantanéité que permet la radio est un avantage qu’aucun autre média ne peut se targuer d’avoir localement. C’est ainsi que lors d’événements majeurs, comme les pannes de courant qui ont touché plusieurs municipalités de la région en décembre dernier, le 103,1 a rapidement été un important relayeur d’information pour les citoyens sinistrés.

Lire les autres articles du dossier sur nos médias communautaires

Dans un monde où la centralisation est le nouveau mot d’ordre, eh bien, le 103,1 a plutôt cru en la force de la décentralisation en ouvrant un second studio dans la région. En effet, il y a bientôt un an, un deuxième studio a été inauguré en compagnie de représentants du ministère de la Culture et des Communications à Saint-Élie-de-Caxton. L’objectif est clair : donner davantage de place à l’information régionale en ayant un port d’attache dans la région.

radio
En mars dernier, le 103.1 FM procédait à l’inauguration d’un second studio dans le Garage de la culture de Saint Élie-de-Caxton. On voit ici les animateurs Yannick Denoncourt, Billie-Lou Roy et Steve Bureau lors de la première émission en direct de ce nouveau studio.
Crédits : 103.1 FM

La richesse des bénévoles    

La principale richesse de cette station de radio réside dans ses bénévoles. Avec une trentaine de citoyens prenant part activement à sa programmation chaque semaine, le 103,1 constitue une véritable pépinière d’informations, chacun apportant sa graine à notre jardin radiophonique. Un éventail prodigieux de renseignements est ainsi transmis sur les ondes du 103,1 heure après heure, semaine après semaine, mois après mois, année après année. Si une personne se prêtait au jeu de noter toutes les informations qui sont relayées sur les ondes de cette station chaque semaine, elle pourrait remplir un cahier Canada au complet tellement la diversité est grande !

L’objectif essentiel du 103,1 est de nourrir les esprits. Alors que la radio est l’un des derniers médias traditionnels non-détraditionnalisés, elle possède toujours cette beauté de pouvoir s’imprégner dans l’imaginaire des auditeurs. Pas d’image, que du son… Ouf ! Quel beau défi dans cette ère de vidéos sous-titrées, ces sous-titres devenus nécessaires parce que les gens ne prennent plus le temps d’écouter, ne prennent plus le temps, point. Car malgré tous les bouleversements que connaît notre société, la radio réussit par son charme à maintenir sa place privilégiée au cœur de la vie des gens. Et ce qui est merveilleux dans toute cette histoire d’information régionale, c’est justement ces gens qui ne se gênent pas pour dire à quel point ils apprécient le fait que les médias communautaires les informent sur ce qui se passe chez eux, ce chez-eux qui, en réalité, est aussi notre chez-nous.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.